L’heure de vérité approche pour la Stratégie énergétique 2050

Sortie du nucléaireLe virage vers les énergies propres devrait passer la rampe à Berne. Même l’UDC est divisée sur l’utilité d’un référendum.

La centrale nucléaire de Beznau, la plus vieille du monde, pourrait fonctionner jusqu'en 2031.

La centrale nucléaire de Beznau, la plus vieille du monde, pourrait fonctionner jusqu'en 2031. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Enfin! Cinq ans après l’accident nucléaire de Fukushima, la Stratégie énergétique 2050 est en passe d’être approuvée à Berne. Ce plan de sortie du nucléaire et de remplacement de l’atome par des énergies alternatives progresse avec la lenteur d’un paresseux. Mais le bout du chemin est proche. Le parlement devrait accepter ce paquet à la fin de la session d’automne, le 30 septembre. Si le conditionnel reste de mise, les partisans de ce virage historique sont optimistes. Comme Isabelle Chevalley: «Pour autant que l’on puisse aplanir les dernières divergences entre les deux Chambres, la partie est gagnée», se réjouit la Vert’libérale vaudoise.

Soutien à gauche

Partisans et opposants ont pu compter leurs troupes au National, lors d’un ultime débat en plénum, lundi. A gauche, le soutien est unanime. Adèle Thorens (Verts/VD) a lancé un plaidoyer: «Ne brisons pas cet élan et faisons preuve d’un minimum d’ambition. Aujourd’hui déjà, la Suisse est dépassée et ne tient pas le rythme du développement des énergies renouvelables adopté dans les pays voisins.»

Le projet, fruit d’un vaste compromis, est déjà minimaliste, ajoute Roger Nordmann (PS/VD), artisan du grand deal avec la droite. Un exemple: la Stratégie énergétique prévoit que la Suisse ne construise pas de nouvelle centrale nucléaire. Mais elle ne fixe pas de date d’arrêt pour les centrales existantes. «Pour arrêter vraiment les vieilles casseroles, il faudrait que le peuple accepte l’initiative des Verts le 27 novembre, qui prévoit de débrancher la prise après 45 ans.» La gauche peut compter sur le soutien du PDC.

A droite, c’est plus compliqué. Le PLR reste divisé. Le Bernois Christian Wasserfallen (PLR/BE) ne veut pas entendre parler de taxes, de limitations ou de planification étatique au détriment des entreprises. Son collègue de commission Jacques Bourgeois (PLR/FR) est aux antipodes: «Soyons réalistes, il n’y a plus de majorité populaire pour le nucléaire, il faut trouver des alternatives.» Une grande partie des PLR romands pourrait le suivre. Certains confessaient hier ne pas avoir fait leur religion.

Menace de référendum

L’UDC, elle, n’accepte pas ce tournant énergétique. «La sécurité d’approvisionnement est capitale, a lancé Albert Rösti, président de l’UDC Suisse. Sans garantie de pouvoir remplacer le nucléaire, sans solution de stockage, la Stratégie 2050 sera payée à coups de centaines de millions sur le dos des PME et des familles à bas revenus.» Il reproche au parlement de vouloir «acheter les voix des cantons alpins» avec les aides à l’énergie hydraulique. Yannick Buttet (PDC/VS) rétorque: «M. Rösti, les cantons alpins ne sont pas des catins de banlieue qui se vendent pour 1 centime! Contrairement à ce que vous proposez, ils ne veulent pas dépendre de l’étranger pour l’avenir de notre production électrique.»

Si le virage énergétique passe la rampe, l’UDC réitère sa menace de référendum. «Cela dépendra du soutien des associations économiques», nuance Albert Rösti. EconomieSuisse ayant déjà dit non, l’USAM se tâte. «Les différentes branches professionnelles ne sont pas d’accord, pour l’heure nous réfléchissons», dit le président de la faîtière, Jean-François Rime. Le référendum ne fait pas peur aux partisans de la Stratégie: «Ils vont perdre et le peuple leur aura donné tort», se réjouit Isabelle Chevalley.

L’idée d’un référendum ne fait même pas l’unanimité non plus au sein de l’UDC. L’agrarien fribourgeois Pierre-André Page rappelle que 12% des panneaux solaires en Suisse ont été posés dans des exploitations agricoles: «Beaucoup d’indépendants se sont lancés dans des projets et ils sont sur liste d’attente. On leur a promis un soutien qui ne vient pas.» Le Vaudois Jean-Pierre Grin acquiesce: «Au final, cette Stratégie est assez équilibrée entre le soutien au solaire et à l’hydraulique, un référendum serait un combat perdu.» Cette dissidence aurait des partisans dans les cantons de Fribourg, de Vaud, du Valais et de Thurgovie.

Créé: 13.09.2016, 06h53

Les grandes lignes du virage énergétique dans l’ère de l’après-nucléaire

Atome La Stratégie énergétique 2050 interdit la construction de nouvelles centrales nucléaires. Mais elle ne fixe pas de date limite pour débrancher les installations actuelles.

La centrale de Beznau (1969), la plus vieille du monde, pourrait ainsi fonctionner jusqu’en 2031.

Déchets L’exportation de déchets nucléaires pour stockage ou retraitement à l’étranger sera interdite.

Energies vertes La production d’énergie verte devra atteindre au moins 11 400 gigawatts (GW) d’ici à 2035, a décidé hier le Conseil national. Le soutien aux installations via la rétribution à prix coûtant (RPC) est reconduit. La taxe de 1,5 centime sur le kilowattheure pour la financer pourrait être augmentée à 2,3 centimes sur décision du Conseil fédéral. Au total, 40 000 projets sont sur la liste d’attente pour obtenir un soutien.

Hydraulique Les petites centrales hydrauliques recevront un soutien, a décidé hier le Conseil national, malgré l’opposition de la gauche et du PDC. L’aide aux grands barrages, en revanche, reçoit une plus large approbation. Les entreprises exploitantes recevront une prime de soutien maximale de 1 centime par kilowattheure.

Paysage Les installations écologiques comme les éoliennes auraient la même priorité que la protection des paysages.

Climat Les émissions polluantes des voitures neuves seraient ramenées à 95 grammes de CO2 par kilomètre d’ici à 2020
(au lieu de 130 grammes).

Bâtiments L’enveloppe d’assainissement du parc immobilier passera de 300 à 450 millions de francs.

Articles en relation

Le marché décidera de la sortie du nucléaire

Stratégie énergétique 2050 Le parlement refuse de fixer une date limite pour l’exploitation des centrales. Ce sera aux exploitants de tirer la prise. Plus...

Les sénateurs au secours des barrages hydrauliques

Stratégie énergétique 2050 Le Conseil des Etats soutient l’énergie bleue, en difficulté. Les consommateurs devront faire un geste, tout comme les cantons alpins. Plus...

La réforme énergétique se fait sur le dos des locataires

Stratégie 2050 L’adaptation des bâtiments aux nouvelles normes énergétiques entraîne de fortes hausses de loyer, selon une étude publiée par l'OFEN. Plus...

Une sortie du nucléaire aussi sinueuse que la démocratie suisse

Politique Analyse La Stratégie énergétique 2050, dessinée par Doris Leuthard, a franchi avec succès le cap du Conseil national. Mais elle ne résout pas encore la question nucléaire. Analyse. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.