Les Roms militent pour leur reconnaissance

SuisseLa communauté organise ce 6 avril des actions à Berne. Elle dénonce les stéréotypes

Stéphane Laederich, directeur exécutif de la Rroma Foundation.

Stéphane Laederich, directeur exécutif de la Rroma Foundation.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Les gens me demandent souvent si je sais lire et écrire… J’ai été professeur de mathématiques à l’école polytechnique de Paris et dans des universités américaines!» Stéphane Laederich est Franco-Suisse. Mais pas seulement. La famille de sa mère, qui a quitté les pays baltes durant la révolution russe, est de culture rom.

En Suisse, cette communauté regroupe 80'000 à 100'000 personnes. Dans une petite vidéo, ces femmes et ces hommes racontent les stéréotypes dont ils sont victimes. En vrac: «Peux-tu lire dans les lignes de la main?» «Les Roms sont sales et sentent mauvais.» «Hé le gitan, viens-voir, joue-nous de la musique!» «Oh! Il va falloir faire gaffe que rien ne disparaisse chez nous!»

Plusieurs de ces personnes témoignent anonymement. Leur désir? Etre reconnues et respectées dans ce qu’elles sont. «Nous vivons bien en Suisse aussi longtemps que nous ne disons pas que nous sommes roms», explique l’un d’eux. Avant de poursuivre: «On a peur de perdre tout ce qu’on a réussi à obtenir. Le travail, l’appartement, les amis, le statut social.»

Le 8 avril sera la journée internationale des Roms dans le monde entier. En Suisse, la communauté va lever le voile dès le 6 avril. Et participer à une performance artistique nommée «Detox Dance», sur la Waisenhausplatz entre 12h et 13h à Berne. Une table ronde sera ensuite organisée à 18 heures à l’hôtel Kreuz. Une façon, pour eux, de rappeler qu’ils font partie de la Suisse depuis 600 ans et que beaucoup en ont le passeport. «Même si nos ancêtres sont venus d’Inde, la plupart d’entre nous ne sommes pas des gens du voyage», ironise Stéphane Laederich.

Des Roms qui mendient ou chantent dans les transports publics? «Ils existent mais en Suisse, ils sont moins de mille, soit 1% de notre communauté.» Pour raconter sa culture, Stéphane Laederich préfère raconter ses traditions. Comme en Inde, les mariages durent trois jours. A la naissance, les enfants restent un mois avec leur mère avant d’être présentés à la famille, «parce que leur âme n’est pas encore attachée». Et le saviez-vous? Le flamenco est très proche des danses des Roms de Russie.

Ce 6 avril, le Franco-Suisse sera de la partie. Il est le directeur exécutif de la Rroma Foundation, dont le but est de soutenir et défendre les roms dans le monde. En Suisse, l’organisation aide aussi les réfugiés et milite pour une reconnaissance de minorité nationale (lire ci-contre). Même pour Stéphane Laederich, sortir de l’ombre n’a pas été évident. «J’ai décidé de m’engager dans les années nonante, face à la montée des nationalismes, conclut-il. En Suisse, notre situation ne s’améliore pas non plus.»

Créé: 04.04.2017, 13h53

Infobox

Informations sur la journée d'action du 6 avril: www.gfbv.ch/fr/

Les roms en Suisse

Définition Les Roms sont originaires d’Inde et partagent une langue, le romani. Ils sont arrivés en Europe dès le IXe siècle. En Suisse, ils sont apparus dans des documents officiels en 1418.

Persécutions Dès 1471, les «tsiganes» étrangers ont été interdits d’entrée en Suisse. Ils ont été chassés, persécutés et sanctionnés. Entre 1848 et 1888, ils avaient théoriquement le droit d’entrer mais plusieurs cantons les ont internés et renvoyés. Par la suite, la frontière a été fermée jusqu’en 1972. Yéniches, Sintés et Roms ont été refoulés aux frontières durant la Deuxième Guerre mondiale.

Reconnaissance
En 1998, les gens du voyage ont été reconnus comme une minorité nationale en Suisse. La Confédération a précisé par la suite que cela concernait en premier lieu les Yéniches et les Sintés. Les roms ont déposé en 2015 une demande pour être reconnus.

Politique Lors de la session d’hiver 2016, le conseiller national Matthias Aebischer (PS/BE) a déposé une interpellation pour la reconnaissance du romani comme langue minoritaire: elle a été liquidée. Dans une autre intervention, Barbara Gysi (PS/SG) demande la reconnaissance des Roms.

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Les excès de zèle de Corsier pour naturaliser un étranger, paru le 25 juillet
(Image: Bénédicte) Plus...