«Pour mener une transition écologique, il faut bannir ces chaudières»

EnergiePour Daniel Favrat, professeur honoraire à l’EPFL, les chaudières à mazout ou à gaz sont une aberration. Interview.

Daniel Favrat, professeur honoraire à l'EPFL.

Daniel Favrat, professeur honoraire à l'EPFL. Image: EPFL

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Pour de nombreux scientifiques, l’utilisation de chauffages à mazout ou à gaz doit être bannie. En 2015 déjà, une quarantaine de professeurs de l’EPFL et de l’EPFZ s’étaient prononcés en faveur d’une telle interdiction d’ici à 2035. Daniel Favrat, professeur honoraire à l’Energy Center de l’EPFL, n’avait pas soutenu leur proposition car elle excluait de fait des technologies qu’il juge utiles comme la cogénération de chaleur et d’électricité. Mais pour l’essentiel, il partage l’opinion de la communauté scientifique: les chaudières à gaz ou à mazout sont à ses yeux une aberration. Il répond à nos questions.


A lire: Moins de mazout pour se chauffer? Les Vaudois sont bons élèves


Dimanche, les Bernois ont refusé de limiter l’utilisation du mazout dans les maisons. Quelle est votre réaction?

C’est une mauvaise nouvelle, mais les gens semblent d’abord soucieux de leur confort. Si nous souhaitons mener une transition écologique, il faut bannir ces chaudières. Brûler de la sorte des hydrocarbures, qui sont des ressources précieusement accumulées depuis des millions d’années, est l’un des plus grands gaspillages d’énergie. Ce message doit passer auprès du public et malheureusement, cela doit aussi se faire en posant des réglementations et des objectifs clairs. L’utilisation de ces chaudières est d’autant plus dommageable que des technologies bien meilleures sont à disposition. Nous pourrions donc facilement changer les choses.

À quelles technologies pensez-vous?

Nous évoluons vers des maisons dans lesquelles la chaleur proviendra essentiellement de pompes à chaleur, qui fonctionnent elles-mêmes avec de l’électricité produite avec des hydrocarbures ou des énergies renouvelables comme le solaire ou l’éolien.

Dans le premier cas, on utilise des hydrocarbures fossiles.

Dans un premier temps. Mais dans le futur, ces hydrocarbures seront renouvelables car ils seront reconstitués à partir d’hydrogène solaire et de CO2. Une chaudière permet de récupérer 90% de la chaleur du combustible lui-même. En utilisant ce combustible dans une installation générant simultanément de la chaleur et de l’électricité, qui peut faire fonctionner une pompe à chaleur ailleurs, la même quantité d’énergie permet de créer plus du double de chaleur grâce à l’apport de l’environnement. Donc, même si on décide de continuer d’utiliser des combustibles comme le mazout, on peut le faire bien mieux.


A lire: Les Bernois font retomber le soufflé pour le climat


L’usage des nouvelles technologies a un coût, que tout le monde ne peut pas mettre!

Dans ce cas, il faut prévoir des fonds facilitant les emprunts pour la rénovation et promouvoir ces nouvelles technologies. Dans ce calcul, les propriétaires doivent aussi réfléchir au fait qu’en supprimant une citerne, ils vont gagner de l’espace. Et puis, de toute manière, cette transition se fera un jour. Les Bernois ont refusé d’aller de l’avant, mais la question va revenir sur le tapis. Ces équipements seront prohibés un jour, alors autant adopter les nouvelles technologies quand une chaudière doit être changée.

Ces chauffages jouent-ils un rôle dans le réchauffement climatique?

Oui! En Europe, le chauffage des bâtiments et autres locaux représente plus du tiers des émissions de gaz à effet de serre. Avec les transports, ce secteur est celui où les économies les plus importantes sont possibles. (24 heures)

Créé: 11.02.2019, 17h59

Articles en relation

Mazout: ceux qui rient et ceux qui pleurent

Environnement Le rejet, dimanche, de l'ambitieuse loi bernoise sur l’énergie fait réagir au niveau suisse. Une occasion manquée? Plus...

Moins de mazout pour se chauffer? Les Vaudois sont bons élèves

Environnement Les Bernois ont refusé dimanche une loi sur l’énergie contraignante. En Suisse romande, c’est le canton de Vaud qui est le plus avancé. Plus...

Les Bernois font retomber le soufflé pour le climat

Environnement Un scrutin cantonal faisait figure de test pour le pays. Par 50,6% des voix, les citoyens ont refusé de déclarer la guerre au mazout. Plus...

Les millions pour l’efficacité énergétique peinent à trouver preneur

Parc immobilier La moitié des fonds prévus en Suisse pour l’assainissement des bâtiments n’a pas été distribuée en 2016. Explications. Plus...

Un immeuble ouvre la voie des économies d'énergie

Habitat Encouragée par la Confédération, l'optimisation s’impose comme un pilier de la transition énergétique. Exemple vaudois. Plus...

Paid Post

Somnambule? Profitez de la montagne la nuit!
/vente/publireportage/Somnambule-Profitez-de-la-montagne-la-nuit-/story/27208723 Les stations de Villars-Les Diablerets proposent toute une palette d’activités hivernales en soirée. Tour d’horizon des possibilités.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.