Ada Marra: «Il ne s'agit pas de brader le passeport suisse»

NaturalisationsAu grand dam de l'UDC, le Conseil national a adopté une initiative de la socialiste vaudoise qui veut faciliter la naturalisation des étrangers de la 3e génération. Interview avec la principale intéressée.

Pour Ada Marra, il faut arrêter de construire des étrangers qui n’en sont pas.

Pour Ada Marra, il faut arrêter de construire des étrangers qui n’en sont pas. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les jeunes étrangers de la 3e génération devraient se voir accorder plus facilement le passeport suisse. Le National a adopté mercredi 11 mars par 122 voix contre 58, un projet élaboré sur la base d'une initiative parlementaire d'Ada Marra (PS/VD). au grand dam de l'UDC. Le Conseil des Etats doit encore se prononcer. Et le peuple aura le dernier mot.

24 heures Ada Marra, que demande votre initiative?

Ada Marra: Elle demande qu’il y ait la possibilité pour les étrangers de la 3e génération de demander la naturalisation et, une fois qu’elle est demandée, qu’il n’y ait pas d’entrave, pas d’examen, pas de taxe. La 3e génération doit pouvoir l’obtenir sur demande. Les parents de la 2e génération devraient aussi pouvoir demander pour leurs enfants cette naturalisation qui doit être facilitée, mais pas automatique, je le souligne.

Du côté de l’UDC, on estime que votre texte est la porte ouverte à l'introduction du «droit du sol». N’est-ce pas un peu le cas?

Non. Car le droit du sol nie la composante demande et volonté. Or, puisque la 3e génération doit demander la naturalisation, il y a donc un souhait, c’est quelque chose de réfléchi. Ce n’est donc en aucun cas un automatisme.

L'UDC vous reproche aussi de vouloir brader la nationalité suisse…

On pourrait parler de bradage si le passeport suisse était désiré à des taux de 80%. Or, on sait qu’il y a un des plus bas taux de naturalisation en Suisse par rapport à l’Europe. Il s’agit pour moi d’arrêter de construire des étrangers . On peut estimer qu’au bout de trois générations, ces enfants font partie de notre famille. Ils ne parlent plus ou quasi plus la langue des grands-parents. Ils parlent très bien français ou le dialecte. Il est donc question de changer de paradigme en admettant qu’au bout de trois générations, ils sont intégrés. Néanmoins, ils doivent faire cette demande pour pouvoir être suisse.

Vos opposants ne sont pas prêts à des naturalisations de masse, comme ils l'ont dit aujourd'hui. Combien de personnes seraient concernées par votre initiative?

On sait combien de personnes demandent la naturalisation chaque année mais on ne sait pas quelle est la part issue de la 3e génération. L’administration fédérale estime qu’il y a potentiellement 5000 à 6000 enfants qui sont concernés par an. Et si on prend ceux d’avant, cela représente quelque 100'000 personnes qui rempliraient les conditions. Mais je ne pense pas qu’il y aura une demande massive de naturalisations.

Certains étrangers sont moins bien intégrés que d'autres, même dans la 3e génération. Ne serait-ce pas mieux de s'en tenir aux systèmes des naturalisations actuelles dont les règles ont déjà été assouplies?

Je ne crois pas qu’il y a des gens moins intégrés que d’autres. Je crois qu’il y a des conditions-cadre qui font que vous êtes mieux intégré que d’autre. Et accepter l’idée que l’on puisse faciliter l’accès au passeport suisse à la 3e génération montre qu’on a bien intégré ces gens. Et ce sont eux qui iront au stade soutenir l’équipe suisse de foot plutôt que de chanter des chants en italien ou espagnol parce qu’on leur a fait comprendre qu'ils étaient des étrangers.

Le peuple a déjà voté sur les naturalisations facilitées pour la 2e génération en 2004 et avait rejeté le projet à 51,6% mais vous revenez sur ce thème...

Il faut respecter la volonté populaire d’il y a 10 ans et trouver un compromis qui marche. Cette initiative n’a rien de révolutionnaire, mais il faut arrêter de construire des étrangers qui n’en sont pas et mettre autour de ce projet le plus de forces politiques possible. La campagne sera difficile, compliquée, comme toujours sur ce genre de sujets. L’enjeu sera de démontrer que les gens de cette 3e génération parlent le français et le suisse-allemand aussi bien que les autres et qu'ils n’ont plus la connaissance du pays dont ils détiennent un passeport qu’ils n’ont en plus pas demandé.

Créé: 11.03.2015, 13h38

Articles en relation

Le National relance un projet pour la 3e génération

Naturalisations La Chambre du peuple a approuvé une initiative parlementaire de la socialiste vaudoise Ada Marra qui vise à faciliter l'accès au passeport suisse aux étrangers de la 3e génération. Plus...

Une meilleure maîtrise de la langue exigée pour être naturalisé

Canton de Berne Dès juillet, les personnes souhaitant se faire naturaliser devront mieux parler la langue à l'oral. Le niveau B1 sera exigé désormais par les autorités bernoises. Plus...

Le Conseil des Etats ne cède pas sur les naturalisations

Session des Chambres fédérales A l'avenir, la naturalisation risque d'être réservée aux détenteurs d'un permis d'établissement (C). Pour le Conseil des Etats, cette nouvelle condition doit être assortie d'un séjour d'au moins huit ans en Suisse. Plus...

Naturalisations: les tests de connaissance doivent être annoncés

Décision Les autorités n'ont le droit de tester les connaissances générales de candidats à la naturalisation que si elles l'annoncent. Le Tribunal fédéral a donné raison à une famille testée par les autorités communales lors d'un entretien «pour faire connaissance». Plus...

Demandes de naturalisations en hausse après le 9 février

Initiative UDC Les administrations cantonales romandes constatent une hausse des demandes de naturalisations ou d'informations après les votations du 9 février. Certains étrangers sont inquiets pour leur avenir. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.