Passer au contenu principal

Le cor des Alpes, à la fois robuste et grand sensible

De rares artisans parviennent à vivre de la fabrication de l’instrument emblématique. Les Tschiemer en font partie. Visite

Artisan passionné, Heinz Tschiemer fabrique des cors des Alpes avec sa femme, Marietta.
Artisan passionné, Heinz Tschiemer fabrique des cors des Alpes avec sa femme, Marietta.
DR
Leur atelier se situe à Habkern, un village de 650 âmes sur les hauteurs d'Interlaken.
Leur atelier se situe à Habkern, un village de 650 âmes sur les hauteurs d'Interlaken.
DR
Artisan passionné, Heinz Tschiemer fabrique des cors des Alpes avec sa femme, Marietta.
Artisan passionné, Heinz Tschiemer fabrique des cors des Alpes avec sa femme, Marietta.
DR
1 / 8

«En frottant cette planche d’épicéa, on entend déjà un son, n’est-ce pas?» Artisan passionné, Heinz Tschiemer façonne des cors des Alpes avec sa femme, Marietta. Leur atelier se situe à Habkern, un village de 650 âmes sur les hauteurs d’Interlaken.

A 1000 mètres d’altitude, l’air est sec et le soleil darde ses rayons les plus chauds. «Ce climat nous accompagne toute l’année, commente le natif du lieu, pour souligner les vertus d’un tel environnement sur ses créations. Le bois d’un cor des Alpes sèche durant environ cinq ans. Si l’atmosphère était humide, les planches se briseraient.» Sous ses airs robustes, l’instrument symbole de la Suisse est en fait un grand sensible.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.