Passer au contenu principal

Dérangeants, les hauts salaires du service public?

La polémique enfle sur les salaires versés aux dirigeants des entreprises parapubliques. Les initiants veulent les aligner sur le salaire d’un conseiller fédéral. Est-ce judicieux?

1'832'000 francs: Urs Schaeppi, CEO de Swisscom, a touché en 2015 un salaire de base de 882'000 fr., une part variable de 663'000 fr. et des indemnités
1'832'000 francs: Urs Schaeppi, CEO de Swisscom, a touché en 2015 un salaire de base de 882'000 fr., une part variable de 663'000 fr. et des indemnités
Keystone
1'046'186 francs: Andreas Meyer, CEO des CFF, a touché en 2015 un salaire de base de 593'333 fr., une part variablede 336'000 fr. et quelques indemnités.
1'046'186 francs: Andreas Meyer, CEO des CFF, a touché en 2015 un salaire de base de 593'333 fr., une part variablede 336'000 fr. et quelques indemnités.
Keystone
475'000 francs: Doris Leuthard, conseillère fédérale, a touché, comme ses collègues, un salaire de base de445'000 fr., plus 30'000 fr. pour frais divers
475'000 francs: Doris Leuthard, conseillère fédérale, a touché, comme ses collègues, un salaire de base de445'000 fr., plus 30'000 fr. pour frais divers
Keystone
1 / 4

Indigne. C’est l’adjectif qu’emploie Zeynep Ersan Berdoz, directrice de la rédaction de Bon à Savoir et fer de lance de l’initiative «Pro service public», pour qualifier le salaire des dirigeants des grandes entreprises parapubliques comme Swisscom, les CFF ou La Poste. «Il est indigne pour un service public que ces dirigeants gagnent jusqu’à quatre fois plus qu’un conseiller fédéral.»

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.