Des employés du Service de renseignement peu discrets sur la Toile

InternetDes collaborateurs du SRC se présentent sur des réseaux sociaux professionnels.

Markus Seiler, directeur du Service de renseignement de la Confédération, dispose d'un compte LinkedIn.

Markus Seiler, directeur du Service de renseignement de la Confédération, dispose d'un compte LinkedIn. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Certains collaborateurs, actuels ou anciens, du Service de renseignement de la Confédération (SRC) ne font guère preuve de discrétion. Ils se dévoilent sur des plates-formes Internet, LinkedIn ou Xing, et y décrivent leurs compétences et leur cahier des charges, révèle la Schweiz am Sonntag .

Le dominical mentionne notamment le cas d’un employé qui explique travailler comme spécialiste ComCenter – un service qui réceptionne, classe et transmet les informations en Suisse et à l’étranger. Un autre, externe, a été impliqué dans le développement d’un système de base de données dont il donne quelques informations. Et le journal d’ajouter que le directeur du SRC, Markus Seiler, possède un profil LinkedIn.

Ces personnes devraient-elles se dévoiler ainsi, avec leur nom? «Le SRC n’interdit pas à ses employés de le nommer comme employeur. Il s’agit uniquement d’une recommandation (ndlr: de ne pas le faire)», répond Carolina Bohren, porte-parole du SRC. Celle-ci ajoute que Markus Seiler est une personnalité publique et que son profil doit se comprendre dans le sens de la transparence de l’administration.

«Il faut garder un minimum de prudence»

A Berne, ces révélations inquiètent nos élus. «L’art du renseignement est d’être discret, réagit le conseiller aux Etats Olivier Français (PLR/VD). Ces personnes peuvent dire qu’elles travaillent à la Confédération, mais il faut garder un minimum de prudence.»

«Je trouve cela lamentable, renchérit le conseiller national Carlo Sommaruga (PS/GE). Ces personnes deviennent des cibles d’autres services de renseignement.» Le socialiste, qui avait combattu la nouvelle loi sur le renseignement, conclut: «Cela montre le dilettantisme du SRC, qui fait de grands discours sur la nécessité d’aller fouiner dans l’espace privé des individus mais qui est incapable de faire la discipline dans ses propres troupes.» (24 heures)

Créé: 30.10.2016, 19h40

Articles en relation

Pas d'effectifs en plus en vue aux Renseignements

Berne La commission de la politique de sécurité du Conseil des Etats recommande de rejeter une motion du National qui réclame plus de personnel. Plus...

L'ex-chef du renseignement conseillait Michael Lauber

Suisse Le procureur de la Confédération a confié des contrats à deux personnes, sans mise au concours. L'une d'elles est l'ex-patron du SRC. Le Contrôle fédéral enquête. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 13 décembre.
(Image: Bénédicte) Plus...