Faut-il muscler nos services secrets?

TerrorismeContre le terrorisme, la nouvelle loi sur le renseignement est-elle urgente ou inutile? Jean Christophe Schwaab (PS/VD) et Christian Lüscher (PLR/GE) en débattent.

Christian Lüscher, conseiller national (PLR/GE) et Jean Christophe Schwaab, conseiller national (PS/VD).

Christian Lüscher, conseiller national (PLR/GE) et Jean Christophe Schwaab, conseiller national (PS/VD). Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Après les attentats de Paris, peut-on encore être contre la nouvelle loi sur le renseignement (LRens), qui veut donner davantage de moyens à nos services secrets? Oui, répondent sans hésiter les opposants au texte. Bigarrée, la coalition qui lutte contre cette loi adoptée en septembre par le parlement fédéral comprend la Jeunesse socialiste, les Verts, le Groupe pour une Suisse sans armée, le Parti pirate, mais aussi les Jeunes libéraux-radicaux genevois et des membres de l’UDC. Elle doit encore récolter 30'000 signatures d’ici au 16 janvier pour faire aboutir le référendum.

En janvier déjà, après l’attaque de Charlie Hebdo, la controverse était vive sur le texte. Les partisans de cette loi estiment qu’il en va de la sécurité du pays face à la menace terroriste actuelle. La LRens doit permettre aux services secrets suisses de pirater des systèmes informatiques ou encore de procéder à des écoutes dans le privé, de manière préventive, à certaines conditions. Arsenal fouineur ou mesures légitimes? Les conseillers nationaux Jean Christophe Schwaab (PS/VD) et Christian Lüscher (PLR/GE) croisent le fer.


La position de Jean Christophe Schwaab

- Jean Christophe Schwaab, faut-il être casse-cou pour s’opposer à la LRens aujourd’hui. Pourquoi refuser un dispositif antiterroriste modernisé?

- Les circonstances actuelles montrent que donner des pouvoirs de surveillance étendus à un Service de renseignement n’est justement pas une solution adéquate. La France vient de renforcer sa législation sur la surveillance. Cela n’a pas permis d’empêcher les attentats, tout comme les dérives de la NSA n’ont pas su en empêcher d’autres. Ce qu’il faut, ce n’est pas donner le pouvoir aux services secrets d’aller fouiller dans la vie privée des gens, mais donner à la police, aux autorités de poursuite pénale ordinaires les moyens de surveiller toutes les communications dans un contexte de respect de l’Etat de droit. La loi sur la surveillance des télécommunications, bientôt sous toit, va le permettre en Suisse.

- Vous demandez un mécanisme à la loyale, dans un contexte qui ne l’est plus du tout…

- Si l’on sacrifie les principes de l’Etat de droit, les terroristes ont gagné! Et les moyens d’investigation respectueux de notre démocratie sont tout à fait efficaces.

- Qu’est-ce qui vous dérange à ce point dans la LRens?

- Les services secrets pourraient mener des investigations sur la base d’une vague intuition. Ils n’auraient même pas besoin d’un soupçon de crime. C’est très grave. Cela veut dire que l’on peut surveiller n’importe qui. Il est normal que l’on agisse en cas de soupçon terroriste, mais dans le respect des règles de l’Etat de droit et pas seulement parce que quelqu’un a une barbe trop hirsute pour être celle d’un hipster.

- Les polices sont organisées par canton et ont des moyens limités pour agir…

- Ceux qui veulent couper dans les dépenses publiques et priver l’Etat de recettes, notamment avec la réforme de la fiscalité des entreprises, sont responsables du fait que la police n’a pas assez de moyens!


La position de Christian Lüscher

- Qui est pour la sphère privée ne peut défendre la LRens, estiment des élus bourgeois. Vous reniez vos principes?

- Cette affirmation est totalement fausse. La sphère privée comprend la liberté personnelle et celle de se mouvoir. Or, pour pouvoir garantir ces libertés, il faut assurer la sécurité. Dans les circonstances actuelles de criminalité liée au terrorisme, la seule façon de prévenir des actes criminels est de pouvoir écouter les suspects.

Tous les moyens sont-ils bons pour lutter contre le terrorisme?

- Non, ceux qui violent les droits fondamentaux ne sont pas bons. Il est hors de question, par exemple, de torturer quelqu’un. Mais, en Suisse, le système me semble bien fait. On peut être très intrusif, pour autant que cette intrusion puisse ensuite être contrôlée par le système judiciaire. Cela ne posera problème à personne dans ce pays que l’on puisse mettre sur écoute des personnes suspectées de préparer des actes terroristes.

- Pourtant, le front de gauche qui a lancé le référendum est appuyé par les JLR genevois. Vous les comprenez?

- Je comprends très bien que des jeunes libéraux-radicaux vivent encore dans un monde idéaliste. Ils sont là pour cela, pour nous bousculer aussi. Mais soyons sérieux, face aux menaces, nous avons besoin de cette loi sur le renseignement! Il s’agit de protéger la population suisse, pas de mettre en place des mesures intrusives contre des citoyens qui n’ont rien à se reprocher.

- La France a une loi analogue à celle que vous défendez pour la Suisse. Cela n’a pas empêché les attentats.

- Cet argument n’est pas sérieux. En France, les outils fournis par le législateur ont permis de déceler des personnes à risque. En revanche, la mise en œuvre de la loi n’a pas bien marché. Mais, sans la LRens, on peut être certain que tous ceux qui veulent se radicaliser en Suisse, toutes les préparations d’attentat ne pourront pas être surveillés par notre Service de renseignement. (24 heures)

Créé: 17.11.2015, 11h49

Articles en relation

La lutte contre Daech dépend des agendas contradictoires des Etats

Stratégie La belle unité affichée au sommet du G20 contre le terrorisme sera-t-elle suivie d’effets? Décryptage avec un expert. Plus...

Paris veut tout savoir du réseau activé par Daech

Attentats de Paris L’attaque a bien été lancée depuis la Syrie avec un appui logistique important en France. Plus...

La police vaudoise améliore la sécurité auprès des mosquées

Attentats de Paris Les patrouilles sont renforcées afin d’éviter des tensions autour des lieux de prière. Le Centre islamique de Lausanne, lui, lance un appel contre l’extrémisme. Plus...

Les musulmans de France craignent les représailles

Attentats à Paris Les institutions islamiques relayent les appels à l’unité, mais s’agacent de devoir donner des gages. La peur? Une montée des actes antimusulmans qui détruirait le fragile équilibre actuel Plus...

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Maintes fois reportée, l'ouverture d'Aquatis aura lieu finalement fin octobre. En attendant, les prix qui seront pratiqués alimentent déjà les discussions sur Internet.
(Image: Bénédicte) Plus...