La fille de Blocher défie le PBD en terres grisonnes

Elections fédéralesMagdalena Martullo-Blocher se présente au Conseil national dans le bastion d'Eveline Widmer-Schlumpf.

Magdalena Martullo-Blocher rêve de planter l’étendard familial de l’UDC en terres grisonnes<br/>et de fragiliser ainsi dans son fief la ministre PBD, Eveline Widmer-Schlumpf.

Magdalena Martullo-Blocher rêve de planter l’étendard familial de l’UDC en terres grisonnes
et de fragiliser ainsi dans son fief la ministre PBD, Eveline Widmer-Schlumpf. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Devra-t-on dire bientôt les Blocher et non plus simplement Blocher? Comme on dit les Bush ou les Le Pen? Réponse cet automne, si Magdalena Martullo-Blocher remporte le pari qu’elle a lancé lundi. La fille de Christoph Blocher a annoncé en effet qu’elle se présenterait à l’élection au Conseil national dans le canton des Grisons.

Magdalena Martullo-Blocher, qui a repris des mains de son père le groupe Ems-Chemie, conduira la liste UDC «M comme Martullo». Quant au conseiller national UDC grison actuel Heinz Brand, il sera inscrit en tête de la liste «B comme Brand». Des candidatures qui doivent être encore avalisées par la base, ce qui devrait être une simple formalité.

Lors de la conférence de presse donnée hier à Coire par l’UDC grisonne, Magdalena Martullo-Blocher a été interpellée sur son domicile à Meilen (ZH). «Je n’ai pas prévu de déménager», a-t-elle répondu, justifiant son lieu de résidence par des considérations professionnelles.

Observateurs surpris

En effet, Ems-Chemie est dirigé depuis longtemps par une cellule installée sur les bords de la Limmat. «Je ne peux pas déplacer 22 personnes simplement parce que je brigue un mandat politique dans le canton des Grisons», a ajouté la cheffe d’entreprise, qui souligne les liens étroits qui la lient à ce canton. «Je connais très bien les Grisons, nous y possédons des appartements, des terrains», a-t-elle précisé.

La candidature de la fille de Christoph Blocher prend les observateurs par surprise. En février dernier, elle déclarait encore dans le Bündner Tagblatt qu’«une carrière politique ne l’intéressait pas». Ce revirement s’inscrit clairement dans la stratégie des coups politiques de l’UDC, à l’instar de l’entrée dans la course au National du journaliste Roger Köppel, rédacteur en chef de la Weltwoche.

En se présentant aux Grisons, Magdalena Martullo-Blocher s’attaque clairement au fief du PBD et d’Eveline Widmer-Schlumpf. L’objectif étant, avec Heinz Brand, de remporter deux sièges sur les cinq dévolus au canton à la Chambre basse. Un gain qui, s’il se fait au détriment du PBD, affaiblira encore davantage la position de la ministre de la Justice au Conseil fédéral.

Président du PBD Suisse, Martin Landolt ne prend pas la menace très au sérieux: «Ça ne marche pas comme ça avec les gens des montagnes. Les Grisons ne vont pas voter pour une candidate domiciliée à Zurich. Et la politique défendue par la famille Blocher ne correspond pas à la politique menée par l’UDC grisonne.» Et le Glaronais de rappeler que, si l’UDC a repris du poil de la bête après avoir été étrillée en 2008, le PBD a gagné encore un siège au Grand Conseil grison lors des cantonales de l’an passé.

S’il répugne à se prononcer sur les décisions des sections cantonales, Claude-Alain Voiblet reconnaît que la filiation de Magdalena Martullo-Blocher rend la situation «un peu particulière». «On ne peut que se réjouir qu’une femme d’une telle compétence managériale se présente», se réjouit le vice-président de l’UDC Suisse. Par sa réussite aux rênes d’Ems-Chemie, cette femme d’affaires a toute la crédibilité nécessaire pour briguer un mandat politique, ajoute-t-il. Et Claude-Alain Voiblet ne craint pas la mainmise d’un clan sur l’UDC. «Là, on anticipe un peu. La gouvernance de l’UDC est très claire, ce n’est pas le parti d’une seule personne. Mais si Magdalena Martullo-Blocher apporte autant à l’UDC que son père, il y a lieu de se réjouir», conclut-il.

Magdalena Martullo-Blocher rêve de planter l’étendard familial de l’UDC en terres grisonnes et de fragiliser ainsi dans son fief la ministre PBD, Eveline Widmer-Schlumpf.

Créé: 20.04.2015, 21h06

Articles en relation

Les résultats des élections fédérales sont déjà connus!

L'invité Pour le politologue et professeur à l’UNIL René Knüsel, les élections cantonales zurichoises donnent le ton. Plus...

Pour les Fédérales, le PLR troque Broulis contre Français

Conseil des Etats Le comité directeur proposera au congrès le municipal lausannois pour la Chambre haute. Après des mois de suspense, le conseiller d'Etat reste à Lausanne. Plus...

Magdalena n’est pas Marine Le Pen

Sur les photos, la ressemblance entre le pèreet la fille est étonnante: même mâchoire carrée, même sourire carnassier. Mais elle ne s’arrête pas là. Hier, Magdalena Martullo-Blocher a justifié son engagement à Berne par
sa volonté d’intervenir dans une «politique fédérale qui se caractérise par sa superficialité. L’excès de régulation pénalise l’économie suisse, mais aussi chacun d’entre nous.»
Des propos que ne renierait pas Christoph Blocher.

De fait, Magdalena Martullo-Blocher n’est pas Marine Le Pen. Ceux qui se délectent d’avance d’éventuelles bisbilles familiales en seront pour leurs frais. Agée de 45 ans, la Zurichoise a pris la tête d’Ems-Chemie en 2004.En onze ans, l’action est passée de moins de 100 francs à plus de 390 francs.

Forte de cette réussite, Magdalena Martullo-Blocher
n’a jamais fait mystère de ses opinions ultralibérales, multipliant les déclarations fracassantes lors des conférences de bilan d’Ems-Chemie. Après le vote du 9 février 2014 sur l’immigration de masse, cette titulaire d’un MBA de l’Université de Saint-Gall a traité les échanges d’étudiants Erasmus de «stupidité». Quant au programme de recherche Horizon 2020, il a eu droit au qualificatif de «fumisterie». La fille de Christoph Blocher s’est aussi engagée dans la campagne sur l’impôt sur les successions, mis en votation le 14 juin, déclarant qu’une telle disposition aurait empêché son père de lui transmettre Ems-Chemie lors de son entrée au Conseil fédéral.

Contrairement à Magdalena Martullo-Blocher, qui est novice en politique, son mari, Roberto, a brigué en vain des mandats à plusieurs reprises, le dernier en date lors des élections cantonales zurichoises, ce mois.

Si Magdalena est de loin la plus connue, les autres enfants de Christoph et Silvia Blocher sont également dans les affaires. Markus (44 ans) dirige la société chimique Dottikon et Miriam (40) possède les biscuits Läckerli Huus. Quant à Rahel (38), elle serait gestionnaire des affaires de son père.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.