«Gauche et droite sont d'accord sur l'asile, c'est historique!»

RéfugiésLa commission du Conseil national entre en matière pour réviser la loi sur l'asile. Tous les partis sont d'accord, sauf l'UDC. Les explications de Cesla Amarelle.

La conseillère nationale Cesla Amarelle (PS/VD) préside la commission des institutions politiques du Conseil national.

La conseillère nationale Cesla Amarelle (PS/VD) préside la commission des institutions politiques du Conseil national. Image: Jean-Bernard Sieber

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Il faut accélérer les procédures d'asile et réformer tout le système d'accueil des réfugiés en Suisse. C'est ce que vise le projet de la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga.

Pour cela, une réforme de la loi sur l'asile doit graver dans le marbre les mesures urgentes acceptées par le peuple en 2013. Tous les partis politiques suivent désormais cette voie, sauf l'UDC.

La commission des institutions politiques (CIP) du Conseil national est entrée en matière ce matin sur le projet, à 17 voix contre 7. Soit la gauche, le PDC et le PLR contre l'UDC. Et la commission a refusé un moratoire que proposait l'UDC pour geler l'octroi des permis de réfugiés.

Questions à la présidente de la CIP, la socialiste vaudoise Cesla Amarelle.

- Est-ce un soulagement que votre commission ait accepté d'entrer en matière sur cette réforme?

Oui, il fallait entrer en matière pour avancer sur cette réforme. Elle prévoir un équilibre: d'une part entre la nécessité d'aller plus vite les procédures d’asile et, d’autre part, la création d'une protection juridique pour tous les requérants. Malgré une pluie d'amendements l'UDC n'a pas réussi à stopper le mouvement. Je rappelle que le processus de réforme de la loi a été unanimement validé par les cantons, par l’Union des villes suisses. La majorité est d’accord pour accélérer les procédures d’asile et créer davantage de places d’accueil tout en garantissant la protection juridique.

- La gauche avait lancé un référendum contre les mesures urgentes en 2013, combattu par le camp bourgeois. Et aujourd'hui, vous vous retrouvez aux côté du PDC et du PLR. Pourquoi ce changement?

Les majorités ont bougé politiquement. C'est effectivement insolite de voir que la gauche et la droite sont d'accord sur l'asile, c'est même historique! Ces quinze à vingt dernières années, tous les projets de réforme de l'asile ont abouté à des référendums de la gauche, face à une droite unie. Cette législature a commencé en 2011 de la même manière, avec un bloc bourgeois PLR-PDC, emmené par l’UDC, qui effectuait des réformes au pas de charge. Le changement de majorité que nous vivons aujourd'hui marque une vraie volonté commune de construire, entre la gauche et le centre-droit : nous voulons mettre en place des instruments de régulation solides pour parer à la crise de l'asile. L’UDC veut prendre un tout autre chemin, celui de démanteler l’asile. Si on acceptait leur moratoire, on irait tout droit vers le chaos.

- Tout le monde se rallie à la gauche, ou est-ce vous qui avez glissé à droite?

Ni l'un ni l'autre! Je parlerais d'un intérêt commun à trouver des solutions. Le PS est très attaché à la mise en place d’une protection juridique et nous considérons que les requérants d’asile ont tout intérêt à avoir une procédure qui soit accélérée: il n’est pas acceptable que des Syriens doivent attendre deux ans pour obtenir l’asile. Le PDC et le PLR sont aussi intéressé à trouver une solution qui permette de répondre à la situation actuelle. Le projet de Simonetta Sommaruga n'est ni un projet de gauche, ni un projet de droite, mais un consensus qui permet de dégager une vraie majorité au parlement. Nous pourrons, si tout va bien, traiter cette loi en septembre au Parlement.

Créé: 30.06.2015, 17h04

Articles en relation

La crise de l’asile encourage le business juteux des passeurs

Immigration Le passage illégal dans notre pays coûte entre 100 et 400 euros. Les filières des passeurs profitent aussi de nos frontières. Plus...

Submergé par les migrants, le Tessin appelle à l’aide

Asile La Commission de la politique de sécurité du National a fait le tour des frontières du sud du pays pendant deux jours. Les parlementaires relatent une situation difficile. Plus...

«Cette impression d’être envahis par les migrants est erronée»

Asile Un journaliste italien a reçu le prix Caritas pour son engagement pour les migrants. Il critique fortement le système actuel. Plus...

Le Tessin est submergé par l’arrivée de migrants de Méditerranée

Asile Editorial Trois nouveaux centres ont été ouverts en urgence. Berne cherche d’autres places d’accueil dans toute la Suisse Plus...

L'asile s'impose comme le thème de préoccupation des Suisses

Sondage SSR Les réfugiés et les migrations sont les plus grands soucis du moment, selon le sondage SSR. L’UDC est jugée la plus crédible sur ces sujets. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.