L’immigration s’impose comme le thème majeur

Elections fédérales 2015Les requérants d’asile et les travailleurs de l’UE dominent la campagne. Cela joue en faveur de l’UDC.

Les requérants d’asile servent de punching-ball électoral.

Les requérants d’asile servent de punching-ball électoral. Image: ROBERT ATANSOVSKY/AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Pour ceux qui en doutaient encore, l’immigration sera le thème majeur de ces élections fédérales. Le sujet ne quitte plus l’actualité depuis des mois. Quand ce ne sont pas les travailleurs européens qui donnent de l’urticaire, ce sont les requérants d’asile qui servent de punching-ball électoral.

Et ce n’est pas seulement l’UDC qui mène la danse, pilonnant depuis des semaines la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga, désignée responsable du «chaos de l’asile». Non, le PDC se montre aussi critique face à la politique actuelle. Il a demandé ce week-end que les requérants ne touchent plus d’argent liquide mais simplement des bons pour les prestations sociales. Ils auraient aussi l’obligation de travailler sans toucher de salaire.

Pour Georg Lutz, professeur à la Faculté des sciences politiques de Lausanne, il n’y a pas de doute. «L’immigration sera un des thèmes centraux de la campagne électorale. L’UDC a réussi à retourner l’opinion, qui, dans un premier temps, était compréhensive envers le drame des réfugiés en mer Méditerranée. Ils ont thématisé quelques abus concernant des réfugiés érythréens avec une campagne radicale et xénophobe.»

Récupération politique?
Le conseiller national UDC Heinz Brand se défend de toute récupération politique sur le thème de l’asile: «Le sujet est simplement de plus en plus chaud auprès de la population. Les cantons et les communes découvrent les conséquences concrètes d’un afflux massif de personnes. Vous ajoutez à cela le nombre d’étrangers dans les classes et le non-renvoi des criminels étrangers, et vous comprenez que le seuil d’acceptation est dépassé.» Il regrette à demi-mot que son parti n’ait pas lancé une nouvelle initiative sur l’asile comme il le demandait. L’UDC, sous l’influence de Christoph Blocher, a préféré miser sur l’initiative prônant la primauté du droit suisse.

Mais pourquoi les autres partis n’arrivent-ils pas à imposer leurs thèmes de prédilection comme sait le faire l’UDC? «Ils restent trop abstraits, explique Georg Lutz. Le franc fort, tant qu’il n’y a pas beaucoup de chômage, cela ne prend pas. Le tournant énergétique n’est pas vraiment à l’agenda, et la lutte contre la bureaucratie ne mobilise pas.» Il ne sait pas cependant si l’UDC réussira à décrocher le pactole de 30% des voix. «Cela devient très dur pour eux de gagner de nouveaux électeurs.»

A gauche, on a bien noté que l’asile est un thème central. Mais, comme le Parti socialiste est jugé peu crédible sur ce sujet selon les études d’opinion, son président Christian Levrat essaie de «tuer» le sujet au maximum pour ne pas renforcer l’UDC. «Il n’y a aucune raison de mener un débat enflammé sur l’asile. Le système suisse fonctionne puisqu’il nous permet d’accueillir des milliers de personnes qui ont besoin de protection», déclarait-il récemment au Bund.

Le président du PDC Christophe Darbellay ne croit pas en la matière au «bien faire et laisser braire». Il a consacré à l’immigration tout son discours du 1er Août. Il y fustige ceux qui attisent et exploitent la peur de l’étranger mais également ceux qui abusent de la tradition d’accueil de la Suisse.

Créé: 04.08.2015, 08h25

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.