«Nous luttons tous les jours contre la faim dans le monde»

Votation 28 févrierL'initiative de la JUSO, «Pas de spéculation sur les denrées alimentaires», est une fausse promesse, dénonce le ministre de l’économie Johann Schneider-Ammann.

Image: Pascal Mora

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Inefficace et néfaste pour l’économie et la prospérité de la population. Le conseiller fédéral Johann Schneider-Ammann ne pense rien de bien de l’initiative populaire de la Jeunesse socialiste (JUSO) «Pas de spéculation sur les denrées alimentaires», soumise au vote le 28 février prochain.

Le texte a un but pourtant simple: éviter que des spéculateurs, en jouant à la bourse sur les prix des matières premières comme le café ou le blé, fassent flamber ces prix, et au final, empêchent des populations d’avoir accès aux aliments de base. La JUSO demande donc l’interdiction des opérations spéculatives de ce type depuis la Suisse, pour les acteurs actifs dans la finance : caisses de pensions, banques, fonds de placements collectifs, etc.

Le rôle de la spéculation dans les fluctuations de prix des denrées alimentaires divise les experts, admet le Conseil fédéral. Mais tout de même, selon une évaluation de 100 travaux sérieux à ce sujet commandée auprès des universités de Lucerne et de Bâle, le lien serait distendu. Quatre études sur cinq indiquent que la spéculation financière n’a majoritairement pas d’effet, voire un effet positif, sur le prix final des denrées alimentaires.

Le Conseil fédéral estime par conséquent que les initiants, bien qu’ayant un but louable, passent à côté de leur cible. Et puis au passage, il note que les contrôles que l’initiative rendrait nécessaires seraient très pesants pour les entreprises, notamment en Suisse romande. Entretien avec le président de la Confédération, Johann Schneider-Ammann.

–Le Conseil fédéral ne veut-il donc rien faire pour lutter contre la faim dans le monde? C'est faux. Nous luttons tous les jours contre la faim et la pauvreté dans le monde avec des instruments bien connus, l’aide au développement notamment. Nous investissons 3 milliards de francs par année et contribuons à hauteur de 0,5% du PIB dans la lutte contre la faim et la pauvreté.

–Mais pourquoi ne pas en faire davantage avec cette initiative? Nous recommandons de la rejeter le 28 février, parce que cette initiative augmenterait les coûts bureaucratiques pour différentes sociétés, dont une forte partie sont situées en Suisse romande. Cela détériorerait la compétitivité pour elles, et, à la fin, elles pourraient décider de quitter la place économique helvétique. Et nous aurions fait alors un calcul très erroné: sans pouvoir intervenir contre la faim et la pauvreté dans le monde, nous aurions discrédité les sociétés principales actives dans le secteur des matières premières à Genève, Lausanne, Zoug et Lugano avec le risque qu’elles quittent le pays. Le Conseil fédéral ne peut soutenir cette vision.

–Mais cette initiative ne protègerait-elle pas des emplois dans le monde agricole? Je ne peux pas m’imaginer que l’agriculture s’exprime positivement à ce sujet. Parce qu’elle sait que certaines spéculations sont nécessaires. Je m’explique: un paysan va chercher quelqu’un qui acceptera de pays un prix correct pour un produit, du blé par exemple, qui sera livré dans un an. Cette personne-là s’appelle un spéculateur. Elle va prendre un risque et payer un prix à l’avance. Dans le monde réel, les premiers acheteurs de dérivés sur les denrées alimentaires ne restent pas propriétaires de l’achat. Mais à la base, il faut que ces affaires soient possibles, sinon cela n’aide personne.

Créé: 12.01.2016, 13h19

Articles en relation

«Spéculer sur les denrées alimentaires est nuisible»

Votations du 28 février L’Alliance romande contre la spéculation sur les denrées alimentaires présente ses arguments avant le vote du 28 février. Plus...

La campagne sur les denrées alimentaires est lancée

Berne Le 28 février prochain, le peuple se prononcera sur le texte soumis par l'alliance contre la spéculation sur les produits agricoles. Plus...

Les manifestants contre les «affameurs» campent devant le Beau-Rivage

Lausanne Un millier de personnes ont défilé lundi à Lausanne pour dénoncer la spéculation sur les matières premières. Les militants campent cette nuit devant le Beau-Rivage Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.