Les nouveaux pères doivent avoir au moins un mois de congé

Assurances socialesAprès l’échec du congé paternité au parlement, les syndicats lancent leur initiative populaire.

Hier en fin de matinée, les initiants avaient récolté près de 2000 signatures sur Internet.

Hier en fin de matinée, les initiants avaient récolté près de 2000 signatures sur Internet. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Nous sommes le seul pays européen qui n’a aucune loi sur le congé paternité», s’exclame Adrian Wüthrich. Le président de Travail.Suisse est à la tête d’une association de plus de 140 organisations qui a lancé, hier à Berne, une initiative pour que les pères puissent s’arrêter de travailler au moins vingt jours après la naissance de leur enfant.

Le congé paternité a été refusé plus de trente fois au parlement. Le dernier échec date du mois dernier: par 97 voix contre 90 et 5 abstentions, le Conseil national a enterré une initiative parlementaire de Martin Candinas (PDC/GR) demandant une pause de deux semaines. Le revers de trop pour les partisans du changement, qui en appellent aux citoyens.

«Un fossé s’est creusé entre le monde politique et le peuple», estime Adrian Wüthrich. Dans un sondage réalisé en juillet 2015, 80% des électeurs se sont en effet déclarés favorables à un tel changement. «La jeune génération est d’accord de se dépenser sans compter pour le patron, à condition qu’il prenne en compte les besoins de la famille», commente Clivia Koch, d’Alliance F.

Egalité entre les sexes

Markus Theunert, secrétaire général de männer.ch, ajoute que la Constitution garantit l’égalité entre hommes et femmes. De façon plus pratique, les initiants veulent aider les parents dans un moment particulier et leur permettre de concilier famille et travail. «Une large majorité de jeunes papas jugent naturel de jouer un rôle actif dans la famille et dans la vie de leur enfant dès le départ», souligne Markus Theunert.

Bon pour les parents, donc. Et pour les enfants, complète Adrian Wüthrich: «Ceux dont les pères se sont impliqués très tôt ont plus de compétences sociales.» L’argument économique, enfin, est avancé: pour les initiants, ce congé facilite la reprise du travail par les femmes, une main-d’œuvre dont l’économie a besoin. Et puis il soutient le taux de natalité dans notre société vieillissante.

Aujourd’hui, un nouveau père bénéficie en général d’un «congé usuel» d’au moins un jour ou deux. Sa durée varie toutefois d’une entreprise et d’une branche à l’autre. Migros et ses trois semaines sont cités en exemple. «Dans la plupart des conventions collectives de travail que nous avons négociées récemment, un congé paternité plus long est accordé», étaie Stefan Müller-Altermatt, conseiller national (PDC/SO) et président de TransFair. La preuve, à ses yeux, que cela fonctionne.

Les représentants de l’économie, eux, préfèrent en rester à ces actions volontaires. «Cette question doit se discuter dans le cadre du partenariat social et ne doit pas être imposée, réagit Blaise Matthey, directeur de la Fédération des entreprises romandes (FER). Les grandes maisons arrivent à gérer un tel système. Mais pour les petites, l’organisation est plus complexe.» Et le Genevois de préciser que le remplacement d’un employé peut être compliqué.

Frais «insupportables»

Autre argument, celui du coût. Selon Marco Taddei, membre de la direction de l’Union patronale suisse, les frais supplémentaires seraient «insupportables» dans l’incertitude économique actuelle. «Nous devons déjà assurer l’avenir de nos retraites», ajoute-t-il. Adrian Wüthrich, lui, balaie la remarque: avec la baisse des effectifs militaires, le recours aux APG va encore diminuer. Et puis l’AVS a versé l’an dernier des rentes à hauteur de plus de 42 milliards de francs.

Compromis «raisonnable»

Au-delà du principe, la question de la durée de ce congé fait débat. Le mois demandé est présenté comme un compromis «raisonnable» entre les partisans d’un congé de dix jours et ceux qui réclament un congé parental de plusieurs mois. Trop? C’est l’avis de Martin Candinas, l’auteur de l’initiative parlementaire refusée en avril et qui ne soutient pas ce nouveau projet. «Mais il va augmenter la pression sur le parlement, conclut-il. J’espère que cela permettra de trouver un contre-projet qui pourrait reprendre le contenu de ma proposition.»

Créé: 24.05.2016, 22h31

Articles en relation

«20 jours de congé paternité, c'est raisonnable»

Suisse Les syndicats lancent une initiative pour un congé de 4 semaines pour les jeunes pères. Interview d'Adrian Wüthrich, président de Travail.Suisse. Plus...

Initiative lancée pour un congé paternité

Politique familiale Les pères devraient bénéficier d'un congé paternité de 4 semaines au moins, selon les syndicats. Plus...

Vingt jours à prendre durant la première année

L’initiative lancée hier demande l’introduction dans les trois ans d’un congé paternité d’au moins quatre semaines (20?jours ouvrés) pour les employés et les indépendants. Comme le congé maternité, il serait financé par les allocations pour perte de gain (APG). Le revenu des nouveaux pères serait compensé à 80% et les charges réparties à parts égales entre employés et employeurs. Toute
la population active y contribuerait donc, via un prélèvement sur les salaires. Une différence par rapport au congé maternité: les pères pourraient prendre ces journées de façon flexible durant l’année qui suit la naissance de leur enfant. Ils pourraient par exemple s’arrêter deux semaines après la naissance, puis prendre les jours restants de façon isolée. Ou encore travailler
à 80% plutôt qu’à 100% durant vingt?semaines.

Selon les initiants, qui se basent sur des estimations du Conseil fédéral datant de 2013, ce congé coûterait 384 millions de francs – soit environ 0,12% de la masse salariale. Ou 0,06% du salaire tant pour les employeurs que pour les employés.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 19 septembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...