La nouvelle garde va tenter de bousculer un National dominé par les quinquas

Parlement fédéralLa députation sortie des urnes dimanche ne marque pas de vraie rupture. Le nombre d’avocats est en progression.

Emotion dimanche soir à Bâle: la représentante de la formation de gauche Basta!, Sibel Arslan (à g.), est parvenue à conquérir le siège occupé jusqu’ici au National par le PDC de Bâle-Ville.

Emotion dimanche soir à Bâle: la représentante de la formation de gauche Basta!, Sibel Arslan (à g.), est parvenue à conquérir le siège occupé jusqu’ici au National par le PDC de Bâle-Ville. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Le parlementaire nouveau est masculin, âgé de plus de 50 ans et juriste.» Ce tweet de Claudine Esseiva, la secrétaire nationale des femmes PLR, souligne trois tendances de la députation bernoise, basée sur les élections de dimanche au National. Rien de révolutionnaire depuis la législature précédente. La proportion de femmes élues à la Chambre du peuple reste basse. Mais, surprise, avec 32% de femmes (64 élues sur 200), ce Conseil national est le plus féminin depuis l’introduction du droit de vote des femmes en 1971. Elles n’étaient que 29% à avoir été élues en 2011. La part d’élues sous la Coupole se situe bien en dessous du nombre de femmes dans la population (plus de 50%) mais reflète leur présence sur les listes électorales (34,5% tous partis confondus). Le PS est le seul parti à compter une majorité féminine dans ses rangs (25 sur 43 élus), note l’ATS. Le PLR en dénombre 7 sur 33, le PDC 9 sur 27, l’UDC 11 sur 65.

Masculin, le Conseil national est aussi quinquagénaire. La moyenne d'âge du Conseil national est de 50,3 ans. Là aussi, peu de changements par rapport aux précédentes législatures: la moyenne oscillait entre 50 et 53 ans depuis 1971. La benjamine est la Verte genevoise Lisa Mazzone (27 ans), alors que le doyen est désormais l’UDC argovien Maximilian Reimann (73 ans), après le départ du Vaudois Jacques Neirynck (84 ans).

20% de juristes

Troisième constat, la profession de juriste est la plus répandue au National, avec 20% de représentants, calcule l’ATS. C’est également celle qui enregistre le plus de nouveaux venus depuis dimanche. Les milieux agricoles restent bien représentés avec 8% d’élus (contre 3% de paysans dans la population). Hormis le secteur primaire, 30% des conseillers nationaux représentent les milieux économiques.

Six nouvelles têtes hors normes sous la Coupole


La benjamine écologiste

La Genevoise Lisa Mazzone sera, à 27 ans, la benjamine du parlement. Petite-fille d’un émigré italien, elle a connu une ascension fulgurante, de sa commune du Grand-Saconnex à la présidence des Verts genevois, en passant par le Grand Conseil. En parallèle, elle s’est fait le porte-voix de la mobilité douce, notamment au sein de l’association Pro Velo. Ses positions tranchées font d’elle une interlocutrice incontournable. Elle incarne une posture militante bien ancrée à gauche, rompant avec une aile plus consensuelle de son parti cantonal. A Berne, Lisa Mazzone aura cependant tout à découvrir. A commencer par la pratique de l’allemand. «C’est mon objectif principal durant le mois et demi qu’il me reste», confie-t-elle. Luca Di Stefano


Le prodige médiatique

Le Valaisan Philippe Nantermod (31 ans) déboule à Berne en conquérant. Le député PLR a supplanté son colistier Jean-René Germanier. Il offre au Chablais valaisan un deuxième représentant à Berne (avec Yannick Buttet). Prodige médiatique qui fait souvent le buzz, l’ancien vice-président des Jeunes libéraux-radicaux suisses n’est jamais aussi à l’aise que dans des débats frontaux avec ses adversaires – en allemand dès qu’il le faut. A tel point qu’il donne l’impression d’évoluer depuis longtemps dans le paysage politique. L’avocat apporte de fortes convictions libérales dans sa serviette: il s’est opposé, avec succès, au prix unique du livre, il combat la redevance Billag et rejette les subventions fédérales dans l’énergie hydraulique pour ne pas distordre les lois du marché. P.C.


Le militant populaire

Absente de la politique fédérale depuis le départ du Vaudois Josef Zisyadis en 2011, la gauche de la gauche revient avec le Neuchâtelois Denis de la Reussille (55 ans). Chef de file cantonal du POP (Parti ouvrier et populaire), le maire du Locle n’aura «pas peur de se battre à contre-courant» dans un parlement qui a viré à droite. Ses connaissances en allemand sont assez basiques, reconnaît-il, mais suffisantes pour faire entendre sa voix dissidente à Berne. Personnage populaire des Montagnes neuchâteloises, Denis de la Reussille sait aussi sortir de la politique politicienne pour défendre sa région. «Des communistes comme lui, j’en redemande tous les jours», lançait il y a quelques années le patron d’une grande entreprise d’horlogerie. P.C.


La femme qui s'impose

Géraldine Marchand-Balet (44 ans) est la première femme du PDC du Valais romand à être élue à Berne. La présidente de Grimisuat reprend le siège de Christophe Darbellay, en réussissant la performance de se classer à la troisième place de la députation valaisanne. Elle a devancé la sortante du Haut-Valais, Viola Amherdt. La campagne a pourtant mal commencé pour elle, avec des critiques récurrentes sur son budget supposé colossal. L’intéressée a finalement admis le chiffre de 200 000 francs. Tout en précisant à l’attention de ses adversaires: «S’ils n’ont pas d’autre argument que celui de mon budget pour me critiquer, c’est une bonne nouvelle.» Infirmière de formation, la nouvelle élue s’intéresse à la santé, mais aussi au domaine des énergies. P.C.


Le Suisse de l'extérieur

Evénement, Tim Guldimann (65 ans) est le premier Suisse de l’étranger à être élu sous la Coupole fédérale. Après quarante ans au service de la diplomatie helvétique, l’ancien ambassadeur en Iran et en Allemagne, qui vient de prendre sa retraite, entend continuer à habiter à Berlin avec sa femme et ses deux filles. Les électeurs zurichois l’ont tout de même élu ce dimanche, sur la liste PS. Il fera ses déplacements en avion pour venir siéger à Berne. Tim Guldimann a croisé le fer avec l’UDC Roger Köppel durant cette campagne, ce qui lui a donné de la visibilité. Le diplomate expliquait récemment que «les Suisses de l’étranger ne paient pas d’impôts. Certes, mais un quart de la population helvétique en paie – les étrangers – sans avoir voix au chapitre.» P.C.


Le vote des secundos

Sibel Arslan a créé la surprise à Bâle-Ville. Cette avocate de 35 ans, candidate de la formation alternative de gauche Basta! qui a fait campagne avec le groupe des Verts, a ravi le siège PDC du canton au National. Kurde de Turquie, Sibel Arslan a immigré avec sa famille en Suisse à l’âge de 11 ans. Naturalisée en 2004, elle a été élue députée l’année suivante. Depuis le mois de mars, elle travaille comme juriste au Département bâlois de la sécurité. «Beaucoup de secundos ont voté pour moi, mais je ne veux pas être leur représentante», prévenait d’emblée la nouvelle conseillère nationale. Selon elle, les migrants doivent s’exprimer eux-mêmes. D’ailleurs, elle compte bien militer à Berne pour leur accorder le droit de vote au plan fédéral. P.C.

Créé: 20.10.2015, 07h34

Revivez la journée des élections fédérales à travers les images de notre équipe.

Articles en relation

Qui sont les six nouveaux Vaudois qui entrent au Conseil national

Elections fédérales Ce sont des hommes plutôt avec des tempes grises et majoritairement de droite. Ils viennent d’être élus. Portraits. Plus...

La députation au Conseil national est un peu plus âgée

Elections fédérales 2015 La proportion des élus de plus de 60 ans a fortement augmenté, avec pas moins de 40 députés ou députées qui ont déjà fêté leur soixantième anniversaire, contre 28 il y a quatre ans. Plus...

Les juristes toujours plus nombreux au Conseil national

Fédérales 2015 Selon une statistique de l'ats, ils représentent au moins 20% de la Chambre du peuple. Les milieux économiques restent les plus représentés. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.