Passer au contenu principal

Les PDC Romands ne veulent pas d'un dur à la présidence

Seul candidat à la présidence, Gerhard Pfister fait trembler les Latins. Un duel avec le modéré Martin Candinas se profilerait toutefois.

Le Zougois Gerhard Pfister, au centre, veut devenir le nouveau chef de file du PDC suisse.
Le Zougois Gerhard Pfister, au centre, veut devenir le nouveau chef de file du PDC suisse.
Keystone

Il y a ceux qui vous le diront en face: Gerhard Pfister, seul candidat déclaré – pour l’heure – à la présidence du PDC n’est pas, pour les Romands, le chef de file rêvé. «C’est un homme de dossiers, rigoureux, intelligent. Mais il vote souvent avec l’UDC, et pas avec notre groupe parlementaire, et n’est pas toujours très connecté avec la base. C’est ce qui me gêne le plus», dit de lui le conseiller national Jean-Paul Gschwind (PDC/JU). Mais beaucoup préféreront garder l’anonymat pour confesser l’effet repoussoir que leur provoque la candidature de Gerhard Pfister. «Il ne passe pas, il n’est pas sympa!» dit l’un d’eux. «Je ne peux pas imaginer une minute que ce type soit président de notre parti. Il est intelligent, cultivé, mais il a fait de ces trucs», résume un autre démocrate-chrétien.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.