Premier coup de canif dans le contrat bourgeois

Finances fédéralesUDC, PLR et des PDC ont tenté un coup: réduire les dépenses de la Confédération de 3 milliards de francs. Le plan a échoué.

La ministre des Finances, Eveline Widmer-Schlumpf, a critiqué la tentative PLR-UDC-Pfister, jugée irresponsable: «Vous voulez mettre un employé fédéral sur six à la rue?»

La ministre des Finances, Eveline Widmer-Schlumpf, a critiqué la tentative PLR-UDC-Pfister, jugée irresponsable: «Vous voulez mettre un employé fédéral sur six à la rue?» Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le premier test concret de l’alliance bourgeoise a fait un flop, ce mercredi à Berne. Les groupes PLR, UDC, ainsi que le PDC Gerhard Pfister, ont créé la surprise en proposant, plutôt que de voter le programme d’économies soumis au Conseil national, de réduire directement de 3 milliards de francs les dépenses prévues pour 2016, sans préciser comment.

Majoritaire sur le papier, l’alliance a volé en éclats au terme d’un débat qui a tourné à l’aigre dans la bouche d’Eveline Widmer-Schlumpf. «Une coupe d’une telle ampleur est impraticable», s’est énervée la grande argentière. Et la Grisonne d’ajouter: «Vous souhaitez économiser 3 milliards? Disons la moitié sur le personnel et l’autre sur l’exploitation? Alors vous voulez biffer 6000 emplois dans l’administration, mettre un employé sur six à la rue? Vous voulez couper dans l’agriculture, la recherche, l’armée? Ce n’est pas vraiment sérieux.»

«Vos propositions de coupes, c’est du spectacle»

La critique a été tout aussi vive dans la bouche des adversaires de l’alliance bourgeoise. «Vos propositions de coupes, c’est du spectacle», a lancé le président des Vert’libéraux, Martin Bäumle. «Irréalisable, mais supersexy en année électorale», a dénoncé Heinz Siegen­thaler (PBD/BE). «C’est de la poudre aux yeux de la population», selon Maria Bernasconi (PS/GE).

Au final, seuls trois PDC ont soutenu la proposition. «J’entends déjà la critique que notre groupe met fin à l’alliance bourgeoise. Mais ce qui nous est proposé aujourd’hui est bâclé», s’est presque excusé Léo Müller (PDC/LU). «La Suisse n’est pas encore la Grèce», a conclu Jean-Paul Gschwind (PDC/JU).

Le Conseil national en est donc resté aux propositions d’économies déjà sur la table, quelques centaines de millions de francs dans divers départements, contre l’avis de la gauche, opposée à toute épargne. Eveline Widmer-Schlumpf a aussi annoncé avoir déjà lancé des coupes de l’ordre de 1,3 milliard pour l’année prochaine. Et il y en aura d’autres, a-t-elle anticipé.

A qui profite le coup?
L’alliance bourgeoise sort affaiblie de ce premier essai raté. Même le président du PDC, Christophe Darbellay, n’a pas voté en faveur d’une réduction des dépenses de 3 milliards. «Ils veulent montrer les muscles avant les élections. Il aurait été plus intelligent de faire des propositions plutôt que de couper à la hache», estimait-il avant le débat, mal pris. Vice-présidente du PLR, Isabelle Moret a approuvé la coupe massue, en y voyant un signal à donner, même si «c’est un peu trop».

De son côté, le président de l’UDC, droit dans ses bottes, maintient la pression. «Les présidents du PLR et du PDC ont signé le pacte. Maintenant, il faut passer au concret. Ce n’était pas une blague, ni une manœuvre électorale», assène Toni Brunner.

A gauche, le PS n’y va pas par quatre chemins, en dénonçant un assaut «pour détruire l’Etat». Vraiment? Présidente de l’Association du personnel de la Confédération, Maria Bernasconi se prépare en tout cas au pire: «J’observe que le salaire des employés n’est plus non plus un tabou. Mais s’ils s’y attaquent, nous sommes prêts à mener des actions cet automne. Et ça peut aller très loin!» prévient-elle. Première action défensive: une campagne contre les divers programmes d’austérité, nommée «Love service public», sera présentée aujourd’hui.

Créé: 06.05.2015, 22h37

Il n’y a pas de petites économies

En année électorale, aucune économie n’est de trop. Emotion hier, lorsque le conseiller national Max Binder (UDC/ZH) a interrompu les débats pour dénoncer une faveur accordée aux parlementaires. Le Conseil national a en effet écourté d’un jour sa session extraordinaire, mais les services du parlement annonçaient hier matin aux élus qu’ils seraient quand même défrayés pour leur nuitée passée à Berne, entre hier et aujourd’hui. Un scandale pour Max Binder, qui a demandé à ses collègues de rendre cette manne: «Voulez-vous faire avaler au contribuable que vous avez touché une indemnité pour une nuit à l’hôtel que vous n’aurez pas réglée?» Le Zurichois s’est attiré les foudres des Tessinois et d’autres élus grisons, obligés de passer la nuit à Berne. «J’ai quatre heures et demie de train pour rentrer chez moi. Pour les Zurichois, la Suisse commence et s’arrête à Zurich?» s’est étranglé Marco Romano (PDC/TI). Au final, la proposition a été rejetée à deux voix près. Jean-Pierre Grin (UDC/VD) a bien tenté de faire revoter, parce qu’«il y a eu confusion». Sans succès.

Articles en relation

Le National fera des heures supplémentaires en mai

Session spéciale Le Conseil national va rattraper son retard du 4 au 7 mai, entre service civil et mesures d'économies. Plus...

UDC, PLR et PDC flirtent mais ne consomment pas

Economie L’alliance bourgeoise que l’UDC appelait de ses vœux face au franc fort est prudemment mise sur les rails. Analyse. Plus...

Le PDC veut des concessions de l'UDC sur l'Europe

Elections fédérales 2015 Le président du PDC, Christophe Darbellay, pose des conditions à une participation à la rencontre de lundi entre son parti, l'UDC et le PLR. Le conseiller national valaisan attend de l'UDC des concessions sur l'Europe. Plus...

Le PDC veut une alliance bourgeoise pour les bilatérales

Crise du franc fort Le parti souhaite que les autres formations s'engagent en faveur de la voie bilatérale afin de mettre un terme à l'incertitude actuelle. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.