Passer au contenu principal

Pompeo et la Suisse, une rencontre aux petits oignons

C'est sur les terres d’Ignazio Cassis que le Secrétaire d’État américain a conclu dimanche un périple placé sous le signe de l’entente cordiale.

Mike Pompeo et Ignazio Cassis, dimanche à Bellinzone, admirant le point de vue depuis le Castelgrande.
Mike Pompeo et Ignazio Cassis, dimanche à Bellinzone, admirant le point de vue depuis le Castelgrande.
REUTERS

Au moment des questions, lors de la conférence de presse organisée dimanche à Bellinzone, un journaliste américain a demandé à Ignazio Cassis s’il pensait que Donald Trump améliorait ou péjorait l’image des États-Unis en Suisse. Le conseiller fédéral lui a fait une réponse de Normand, disant que la personnalité «profilée» du président américain provoquait sans doute les deux réactions, bonne chez certains, moins chez les autres. Cela avant de passer aux chiffres, que le Tessinois semblait préférer aux considérations de psychologie. Et il s’est agi encore une fois, pour le chef du Département des affaires étrangères, de magnifier les relations économiques formidables entre les deux pays, la Suisse étant par exemple le 7e pays étranger investisseur aux États-Unis.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.