«La population a dit très clairement qu'elle voulait une agriculture de proximité»

Sécurité alimentaireLes Suisses ont dit oui à 79% au nouvel article constitutionnel sur la sécurité alimentaire. L'Union suisse des paysans salue le résultat très clair.

Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le conseiller national PLR fribourgeois Jacques Bourgeois, président de l'Union suisse des paysans (USP), se réjouit du score enregistré par l'article constitutionnel sur la sécurité alimentaire. L'USP est à l'origine de cet article, qui reprend largement des revendications de son initiative populaire. Interview

Vous vouliez faire de cette votation un plébiscite. Mission réussie?

On espérait un oui d'au moins 70%. En Suisse romande, on est au-delà de 80%, à peine moins outre-Sarine. Je salue le fait que la population a compris le message. En inscrivant la sécurité alimentaire dans la Constitution, elle a dit qu’elle voulait garder une agriculture de proximité forte et garder la main sur le contenu de son assiette, en vue des défis qui nous attendent. Sur le plan démographique, il y aura plus d’un million de personnes supplémentaires en 2050 qu’il faudra loger, mais aussi nourrir. Sur le plan du territoire, c’est la raréfaction de la terre agricole, au rythme effréné d’un mètre carré par seconde, accompagné par le changement climatique. Si on veut continuer de produire en Suisse la moitié des denrées alimentaires que nous consommons, nous devons prendre des mesures.

Cette votation, c’est une arme pour peser sur les prochains débats?

Oui, tout à fait. C’est une arme. Ce vote très clair pour une agriculture de proximité forte devra aussi se concrétiser à travers les bases légales.

Donc, cela veut dire: pas de coupe dans les budgets agricoles. Le lobby agricole, déjà très fort au Parlement, sort encore consolidé.

Absolument. Le prochain débat, c’est le budget 2018. Chaque année, nous devons nous battre contre des coupes proposées par le Conseil fédéral. Jusqu’à présent, nous avons pu les corriger. Là, nous serons d’autant plus légitime pour résister aux 90 millions de francs de réduction prévus dans les paiements directs. Nous ne demandons pas plus de moyens, mais on ne veut pas de coupe. Ce sont des rémunérations contre des prestations offertes à la population. Cette votation légitime d’autant plus nos revendications dans ce domaine-là. (24 heures)

Créé: 24.09.2017, 15h21

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 13 décembre.
(Image: Bénédicte) Plus...