La population votera sur le congé paternité

SuisseLe référendum contre le congé paternité, porté par l'UDC, quelques membres des jeunes libéraux-radicaux et le PDC, a récolté suffisamment de signatures.

Le texte prévoit deux semaines à prendre dans les six mois suivant la naissance de l'enfant, soit en bloc, soit sous forme de journées isolées.

Le texte prévoit deux semaines à prendre dans les six mois suivant la naissance de l'enfant, soit en bloc, soit sous forme de journées isolées. Image: Kelli McClintock/Unsplash

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le suspense sur le congé paternité se poursuit. Le comité référendaire assure avoir obtenu les 50'000 signatures nécessaires à une votation populaire. Elles seront déposées jeudi. La Chancellerie fédérale devra encore les valider.

Le référendum est porté par l'UDC, quelques membres des jeunes libéraux-radicaux et du PDC. Pour les opposants au congé, celui-ci est trop coûteux pour les employés et les employeurs.

La majorité des sections romandes de l'UDC n'ont pas soutenu le référendum. Elles estiment que les frais sont modestes. Certaines sont même favorables à un congé parental.

Six mois

Le texte prévoit deux semaines à prendre dans les six mois suivant la naissance de l'enfant, soit en bloc, soit sous forme de journées isolées. Ces jours seraient financés via les allocations pour perte de gains (APG). Seuls les pères dont l'enfant naît après l'entrée en vigueur du texte pourraient y prétendre, a précisé à Keystone-ATS l'Office fédéral des assurances sociales.

La charge financière serait de 230 millions de francs par an. Il faudrait augmenter l'actuel taux de cotisation aux APG (0,45%) de 0,05 point. Sur le salaire moyen suisse (6500 francs par mois), cela représente 3,90 francs par mois, dont 1,95 pour l'employé.

Le peuple devra d'abord se prononcer sur le congé de deux semaines. La votation n'aura pas lieu avant septembre. S'il est refusé, les Suisses devront voter sur l'initiative populaire pour un congé de quatre semaines, a indiqué la Chancellerie fédérale. Ce texte a été retiré en octobre par l'association qui regroupe les organisations faîtières Travail.Suisse, männer.ch, Alliance F et Pro Familia Suisse, à condition qu'aucun référendum n'aboutisse.

Tricheries

Les référendaires ont été accusés d'avoir utilisé des méthodes trompeuses et des arguments mensongers pour obtenir les signatures nécessaires. Les récolteurs annonçaient faire signer «pour» le congé paternité ou «à propos» de celui-ci.

Pour Susanne Brunner, co-présidente du comité référendaire, le formulaire indiquait clairement «Non au coûteux congé paternité». Les personnes qui le signent sont majeures et elles savent ce qu'elles soutiennent, estime-t-elle.

Des témoins ont indiqué que les feuilles de signatures étaient parfois pliées de manière à ce que le signataire ne sache pas vraiment ce qu?il signe. Ces faits ont notamment eu lieu dans les gares de Neuchâtel, Lausanne et Fribourg, et avaient fait la Une des journaux.

Le parti socialiste neuchâtelois a réagi et déposé une dénonciation au parquet général de Neuchâtel. Le procureur général a rejeté la plainte jugeant que les tromperies ne sont pas constitutives d'une infraction. La section cantonale pourrait aller plus loin si le référendum était validé par la Chancellerie. (ats/nxp)

Créé: 22.01.2020, 17h27

Articles en relation

Congé paternité: suspense autour du référendum

Suisse Les opposants au congé paternité, porté par l'UDC, quelques membres des jeunes libéraux-radicaux et PDC, l'estiment trop coûteux pour les employés et les employeurs. Plus...

Voulons-nous une Suisse prospère mais sans Suisses?

L'invitée Isabelle Tasset Vacheyrout regrette l'absence d'un congé paternité digne de ce nom. Plus...

Procédé trompeur dans la récolte de signatures

Référendum contre le congé paternité Le parti socialiste neuchâtelois (PNS) dénonce des méthodes fallacieuses notamment dans les gares de Neuchâtel, Fribourg et Lausanne. Plus...

Congé paternité: le comité d'initiative retire son texte

Suisse L'association «Le congé paternité maintenant!» a retiré son initiative qui demandait 20 jours de congé. Elle accepte le contre-projet prévoyant 10 jours. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.