La Poste affronte à Berne un tir nourri à gauche comme à droite

Service universelL’essai de distribution à la carte et la restriction de la desserte des fermes isolées ont mis le feu aux poudres

Image: Odile Meylan -a

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Pas satisfaits. Les critiques d’élus fédéraux envers La Poste s’accumulent sous la Coupole et dépassent les clivages politiques. L’origine de la grogne? Elle touche à la définition même du service universel. Deux actualités récentes ont enflammé le débat: la question des maisons isolées non desservies par le géant jaune et celle des essais que mène l’entreprise dans le Nord vaudois et la Broye.

Le projet pilote de «distribution à la carte» réalisé dans les zones couvertes par les offices de distribution d’Yverdon et de Fétigny vise à «tester les besoins de la clientèle, en particulier des personnes mobiles», selon La Poste («24 heures» du 25 novembre).

Mais Jean-Pierre Grin (UDC/VD) se méfie. Il a déposé une interpellation cette semaine. «Il n’y a pas de fumée sans feu. Si un essai se fait, c’est que La Poste a une idée derrière la tête. Mais ce sera un gros problème pour la presse écrite et une atteinte grave au service universel si, à terme, on ne distribue plus le courrier qu’une ou deux fois par semaine.»

Romands mécontents
A la suspicion s’ajoute la question de la desserte des fermes isolées. Porteurs du malaise qui monte dans l’arc jurassien, les conseillers nationaux Raymond Clottu (UDC/NE) et Jacques-André Maire (PS/NE) vont déposer chacun une motion identique demandant la révision de l’ordonnance née de la nouvelle loi sur La Poste de 2012. «Dans la version française de la loi, on demande à La Poste de garantir un service universel à l’ensemble des maisons habitées à l’année. Mais, dans la version allemande, on parle des ménages habités à l’année et situés dans des «zones résidentielles».

Le Conseil fédéral s’est basé sur cette version-là pour fixer l’ordonnance. Il a défini que ces zones devaient comprendre au moins cinq maisons habitées à l’année par hectare», explique Jacques-André Maire. Du coup, depuis 2012, des habitations isolées peuvent ne plus être desservies. La conseillère fédérale Doris Leuthard, ministre de tutelle de La Poste, tente de dédramatiser: «Seules 828 maisons, soit 0,05%, ont fait l’objet de restrictions de distribution en 2013», écrit-elle.

La Poste, contactée par nos soins, précise que «dans ces rares cas, des solutions alternatives sont proposées». Mais les élus neuchâtelois ne décolèrent pas. «Même si cela ne représente que 0,05% des ménages, cela porte atteinte au service universel! rétorque Jacques-André Maire. Et je note que l’alternative proposée par La Poste, c’était le scanning, soit l’ouverture du courrier dans l’office et son envoi par e-mail. C’est très limite.»

L’autorité réprimande
Dans ce contexte, la décision prise cette semaine par la Commission fédérale de la poste (PostCom) a eu de l’écho sous la Coupole fédérale. Cette autorité indépendante exige que le géant jaune corrige sa décision de restreindre le service à domicile de sept ménages à Melchtal (OW).

Dans les faits, ce n’est pas une décision sur le fond mais sur la manière: La Poste avait en effet fermé l’office postal de Melchtal (146 ménages) en promettant d’introduire un service à domicile. Quelques mois plus tard, toutefois, elle restreignait la distribution à domicile de sept foyers.

La Commune avait alors saisi l’office de régulation pour manque de transparence. PostCom vient de lui donner raison et parle de «décision fondamentale». La Poste en tirera-t-elle des conséquences? Elle nous indique être en train d’analyser ce jugement. La question ne manquera pas de rebondir à Berne. Le conseiller national Martin Candinas (PDC/GR) questionnera sa ministre, Doris Leuthard, lundi prochain sur ce dossier. «Il est central que nous restions intransigeants sur la définition du service universel. Si nous ne réagissons pas, ils continueront de démanteler.»

Si le mécontentement contre La Poste monte à ce point, c’est aussi parce que les élus, à gauche comme à droite, estiment que l’entreprise a les moyens suffisants pour mener à bien sa mission. Le bénéfice de 626 millions de francs dégagé l’an dernier en serait la preuve. «Il ne faut pas oublier que ce bénéfice est issu essentiellement du secteur bancaire de La Poste», tempère Oliver Flüeler, porte-parole de l’entreprise. Les secteurs communications et logistiques sont en effet moins florissants . (24 heures)

Créé: 06.12.2014, 10h25

Articles en relation

La Poste lance un essai de distribution à la carte

Service public Le géant jaune veut sonder les souhaits de sa clientèle dans le Nord vaudois et la Broye. Quelque 45'000 ménages sont concernés. Plus...

Les facteurs ne monteront plus sonner dans les étages

Service public Les locataires sans interphone devront systématiquement aller chercher les recommandés à l’office postal. Plus...

«Ne jetez pas la pub de La Poste. Elle contient des timbres»

Publicité Maria, à Balexert, a déjà récupéré 40 francs dans les corbeilles à papier. Une aubaine pour cette maman qui ne roule pas sur l'or. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.