Passer au contenu principal

La Poste peut reprendre les vols de drones

Suite à un accident, l'opérateur postal avait suspendu ses drones de transports. Après des modifications techniques, les vols sont à nouveau autorisés.

L'incident s'est produit le 25 janvier lors du transport d'un échantillon de sang.
L'incident s'est produit le 25 janvier lors du transport d'un échantillon de sang.
Keystone

La Poste et le fabricant américain de drones Matternet vont reprendre les vols dans le domaine de la santé à Zurich et à Lugano dès le 15 avril. Le géant jaune avait cloué ses appareils au sol après que l'un d'entre eux était tombé dans le lac de Zurich en janvier.

Une enquête du Service suisse d'enquête de sécurité (SESE) a révélé vendredi que l'accident de Zurich avait pour origine un court-circuit. «Le fabricant a modifié les drones et obtenu l'aval de l'Office fédéral de l'aviation civile» (OFAC), a dans la foulée communiqué La Poste.

L'appareil a en fait effectué un «atterrissage d'urgence contrôlé», selon La Poste. Il a vraisemblablement été provoqué par un court-circuit qui a coupé l'alimentation électrique du GPS. «Les dispositifs de sécurité du drone ont parfaitement fonctionné.»

Circuit électrique redondant

En plus d'un GPS et d'une boussole, le nouveau modèle du drone V9 de Matternet dispose désormais d'un circuit électrique redondant. Il a été testé aux Etats-Unis ces dernières semaines. L'OFAC a approuvé les adaptations le 8 mars.

L'incident s'est produit le 25 janvier. L'engin transportait un échantillon de sang sans importance dans le cadre d'une phase de test de vols entre une clinique du groupe Hirslanden et le laboratoire central situé de l'autre côté de la rade. Il a chuté à environ 200 m de la rive. Il n'y a pas eu de blessé.

La Poste a alors décidé de suspendre les vols de drones de transport pour l'hôpital de Lugano et l'hôpital universitaire de Zurich jusqu'à ce que la cause de la défaillance soit connue. Les drones postaux ont jusqu'à présent mené à bien plus de 3000 vols à Lugano, Berne et Zurich.

Gain de temps

Par rapport aux coursiers classiques, les drones permettent de gagner un temps précieux pour les médecins, les patients et le personnel soignant, souligne La Poste.

Mais comme sur la route, on ne peut pas totalement exclure la possibilité d'un accident. Pour minimiser le danger, des itinéraires présentant le moins de risques possible ont été choisis en collaboration avec l'OFAC. Les drones eux-mêmes sont dotés de diverses fonctions de sécurité, de systèmes redondants et d'un dispositif de prévention des collisions.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.