La Poste réagit face au tollé des autocollants anti-pub

CourrierLe géant jaune souhaiterait faire baisser de 0,7% le nombre des interdits sur les boîtes aux lettres. Elus et FRC sont en colère.

La Poste invite ses facteurs à aborder les clients qui ont déménagé récemment pour leur demander s’ils tiennent à l’autocollant détournant la publicité de leur boîte aux lettres.

La Poste invite ses facteurs à aborder les clients qui ont déménagé récemment pour leur demander s’ils tiennent à l’autocollant détournant la publicité de leur boîte aux lettres. Image: YVAIN GENEVAY

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le facteur ne monte plus à l’étage pour distribuer ses paquets. En revanche, il est invité à vous aborder si vous avez l’autocollant «Stop publicité» sur votre boîte aux lettres. L’information rapportée jeudi par le quotidien alémanique Blick a fait l’effet d’une petite bombe. D’autant plus que le journal a récolté deux témoignages de facteurs. L’un affirme que, «pour chaque autocollant antipub enlevé, le collaborateur méritant voit une gommette accolée à son nom». L’autre raconte que «chacun dans l’équipe doit avoir fait retirer deux autocollants d’ici à la fin de l’année».

Contacté par nos soins, le géant jaune se défend: il ne s’agit en aucun cas d’une campagne organisée, mais d’une invitation faite aux facteurs dans des cas particuliers. «Des études montrent que 17% des locataires, lorsqu’ils déménagent, héritent automatiquement d’un autocollant antipub sur leur boîte aux lettres. L’idée est donc que le facteur, s’il croise un client dans cette situation, puisse l’aborder à ce sujet», explique Nathalie Dérobert Fellay, porte-parole de La Poste.

«Cas individuels»

Et la pression mise sur les employés qui témoignent dans la presse? «Je ne peux pas exclure que certains managers aient voulu inciter leurs équipes à aborder leurs clients. Mais il s’agit de quelques cas individuels qui ont témoigné sur nos 15 000 facteurs», affirme Nathalie Dérobert Fellay.

Pourtant, La Poste s’est bel et bien fixé un objectif. Selon nos informations, elle veut faire baisser de 0,7% le nombre d’autocollants antipublicité sur les boîtes aux lettres. Elle souligne que le marketing direct est une branche importante pour elle et que le maintien du volume de courrier permet aussi de préserver des emplois. «La Poste a des clients privés, mais aussi commerciaux. Mais, bien évidemment, nous respectons entièrement le client qui tient à son autocollant», conclut Nathalie Dérobert Fellay.

Ces explications ne convainquent guère Mathieu Fleury, secrétaire général de la Fédération romande des consommateurs (FRC). Lequel voit dans la démarche du géant jaune une réaction au lancement des autocollants antipubs initié par sa fédération. «Nous voyons bien que La Poste se montre très active dans ce domaine. Je trouve cette insistance terrible au moment où on lutte par ailleurs contre le harcèlement téléphonique! Nous sommes loin du service universel.» A ses yeux, lorsque la volonté du consommateur est exprimée, il s’agit de la respecter.

«Maladresse incroyable»

A Berne, parmi les élus fédéraux, la démarche fait bondir. «C’est scandaleux, d’une maladresse incroyable et d’une grande naïveté. Qui a un autocollant sur sa boîte aux lettres ne veut pas de publicité, voilà tout», réagit le conseiller national Yannick Buttet (PDC/VS).

Son collègue Jacques-André Maire (PS/NE) est, lui aussi, remonté: «J’ai bien compris qu’on autonomise la gestion de l’entreprise, mais celle-ci doit rester dans son mandat de service public et universel. Et cette tâche ne fait pas partie de sa mission.» Jacques-André Maire relie cet épisode au combat mené dans ses Montagnes neuchâteloises pour la desserte des fermes isolées. «La Poste ne sort certes pas du cadre légal fixé, mais il y a une zone grise. A l’avenir, en tant que législateurs, nous devrions être plus stricts.»

Mais peut-on vraiment reprocher à l’ex-régie fédérale de chercher à maintenir le volume de courrier distribué, bénéfique pour l’emploi et les résultats? «C’est bien que La Poste fasse des profits. Mais on ne lui demande pas une performance d’entreprise cotée en Bourse!» rétorque le socialiste. (24 heures)

Créé: 12.06.2015, 08h21

Articles en relation

La Poste en campagne contre les autocollants anti-pub

Distribution Le géant jaune veut augmenter le taux de ménages qui acceptent de recevoir de la publicité. Les postiers sont amenés à convaincre les gens. La grogne enfle. Plus...

«Avec la cybersanté, une ère nouvelle s’ouvre pour La Poste»

Numérique Le géant jaune veut devenir leader du marché en plein boom des données médicales. Sa directrice s’explique. Plus...

Les socialistes veulent que La Poste et les CFF entendent les autorités

Services au public Les roses vaudois interviennent en vue de donner plus de poids aux communes et à l'Etat face aux anciennes régies. Plus...

La vente de marchandises au guichet ne passe plus

La Poste Un élu UDC veut que le géant jaune cesse de vendre du «bric-à-brac» dans ses offices. Il a en partie été entendu lundi. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.