La Poste répond au boom des colis et prépare l’arrivée du géant Amazon

Suisse romandeLa directrice Susanne Ruoff a fait le point au grand centre de Daillens sur la déferlante des colis.

L’intérieur du centre de tri des colis de Daillens

L’intérieur du centre de tri des colis de Daillens Image: Philippe Maeder

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L’épée de Damoclès de l’affaire «CarPostal», qui est suspendue au-dessus de la tête de Susanne Ruoff, n’empêche pas la patronne de La Poste de poursuivre son travail. Mardi matin, elle était présente dans l’immense centre de colis de Daillens, qui dessert toute la Suisse romande. Il faut s’imaginer une vaste halle de 300 mètres de long et 80 mètres de large, avec des tapis roulants dans tous les sens et de vastes casiers sur roulettes où les paquets sont triés à l’avance pour la tournée du facteur. Des machines et des hommes dirigent inlassablement les colis au bon endroit. À l’extérieur, des grues soulèvent des containers jaunes comme des fétus de paille avant qu’ils ne soient chargés sur des trains ou des camions.

La ruche humaine s’active cinq jours sur sept, jour et nuit. La Poste n’exclut pas de rajouter un jour le samedi si le marché des colis poursuit sa folle expansion.

Un marché qui explose

Selon Susanne Ruoff, entre 2014 et 2016, 65 milliards de colis ont été distribués dans le monde. Cela correspond à une augmentation de près de 50% en l’espace de deux ans. En Suisse, le nombre de colis distribués en 2017 se monte à 130 millions. Avec un taux de croissance de plus de 6%. «Tout cela nous oblige à veiller sur la qualité de la distribution et à aller toujours plus vite, explique la directrice. Un colis sur deux est désormais envoyé en prioritaire.» La Poste détient 80% des parts de marché suisse sur les colis.

La Poste a actuellement trois centres de colis: Daillens (VD), Härkingen (SO) et Frauenfeld (SG). Elle a augmenté leur capacité de 25% en investissant 60 millions. Avec le développement du marché, cela ne suffit plus. Décision a été prise d’en construire trois nouveaux, dans chaque région linguistique, pour la somme globale de 150 millions. L’un d’entre eux sera situé en Suisse romande, à Vétroz (VS).

Grâce à l’informatique, La Poste cherche à individualiser au maximum le service. Le client peut choisir où et quand son colis sera distribué: à domicile, au travail, dans un automate à colis, etc.

Paquets de plus en plus spéciaux

Il peut aussi exclure certains jours de livraison ou au contraire exiger que le paquet soit remis le jour de la semaine où il est à la maison. La Poste cherche aussi à transporter des paquets de plus en plus spéciaux. Comme des médicaments où il faut constamment assurer la chaîne du froid. Ou alors des injections pour une clinique qu’il s’agit de livrer jusqu’à la bonne armoire de stockage.

Contrat global avec Amazon

La Poste a signé un contrat global avec le géant américain Amazon. Cela signifie qu’elle ne se contente plus de lui livrer des paquets mais qu’elle s’occupe aussi du dédouanement groupé des marchandises et des retours. Cela devrait démarrer au premier semestre 2018. «Nous sommes en phase de test», raconte Jean-Gabriel Meylan, responsable du Centre colis de Daillens. «C’est plus compliqué à gérer que pour, par exemple, Zalando, avec qui nous avons un accord global mais qui ne fait que du textile. Amazon, lui, a une palette énorme de produits. Ce qui complexifie notamment le passage en douane.»

En attendant, Susanne Ruoff n’a pas d’états d’âme à faciliter l’entrée d’Amazon sur le marché suisse. «Si nous ne l’avions pas fait, Amazon aurait signé avec un de nos concurrents. Un tel contrat est bon pour le maintien des places de travail à La Poste et en Suisse.» Pour les deux parties, le contrat n’implique pas une exclusivité.

Créé: 08.05.2018, 21h39

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.