Le premier œnoparc de Suisse entaché d'irrégularités?

ValaisLa construction et l'exploitation des Celliers de Sion depuis 2017 font l'objet de nombreux doutes. Le Conseil d’Etat veut mandater une instruction.

Depuis son inauguration fin 2017, le complexe des Celliers de Sion a glané de nombreux prix.

Depuis son inauguration fin 2017, le complexe des Celliers de Sion a glané de nombreux prix. Image: Olivier Maire

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C’est un immense bâtiment immanquable à la sortie de Sion (VS). Posés dans les vergers en bordure de la route cantonale, Les Celliers de Sion constituent le premier œnoparc de Suisse. Ouvert fin 2017, le complexe a déjà été primé à plusieurs reprises, à l’échelle nationale et internationale, et ne cesse d’innover pour promouvoir le tourisme autour du vin et des produits du terroir. Seulement, sa construction soulève de nombreux doutes.

Au point que le Conseil d’Etat, dans un document que nous avons pu lire, souhaite mandater «une entité adéquate» pour enquêter. C’est en fait une réponse aux interrogations exprimées par le député au Grand Conseil valaisan Charles Clerc (UDC) à l’automne 2018. Pour faire simple, l’élu estime que la construction ne serait pas conforme à l’affectation de la zone. Situé en zone agricole protégée, le bâtiment doit, selon la loi sur l'aménagement du territoire, répondre à des normes strictes en matière d’aménagement de territoire et en premier lieu être exploité directement à des fins agricoles.

Or ce sont, en plus des activités touristiques autour de vin, de nombreux événements commerciaux dont des séminaires, des ateliers, des anniversaires ou diverses sorties d’entreprises qui sont organisés aux Celliers de Sion. De telles affectations ne sont pas prévues par la loi sur l’aménagement du territoire, rappelle le député, qui exige du Conseil d’Etat qu’il fasse ce travail de vérification et, cas échéant, rétablisse la conformité du droit.

Plusieurs critiques

Ce dossier fait depuis longtemps parler de lui. Il y a quatre ans jour pour jour, «Le Temps» rappelait le contexte bouillonnant qui entourait cette construction. Porté par les caves Bonvin et Varone – dont le propriétaire était Philippe Varone, conseiller communal devenu président de la ville de Sion en 2017 –, le projet a été réalisé par l’architecte Pascal Varone, cousin du premier nommé et président de la Commission cantonale des constructions, compétente pour les autorisations hors zone à bâtir.

Les concurrents, qui mettaient publiquement en doute la légalité de la construction, ne se cachaient pas à l’époque de soulever en plus un potentiel conflit d’intérêts. Mais l’architecte s’est toujours dit «écœuré par ces accusations et avoir la conscience tranquille», s’étant récusé sur le dossier. Signe de la complexité du cas, il avait fallu deux ans et demi de procédure pour valider les plans du bâtiment.

Si la réponse du Conseil d'Etat n'a pas valeur de preuve, elle satisfait Charles Clerc. «Mes questions étaient fondées et mes doutes légitimes», confie-t-il. La décision d’ouvrir cette enquête reviendra au Grand Conseil valaisan au mois de septembre.

Créé: 21.08.2019, 10h34

Articles en relation

Le premier œnoparc de Suisse se lance en privé

Valais Bonvin et Varone ont réalisé les Celliers de Sion et l’agrémentent de la visite de quatre guérites. Plus...

Pub géante interdite sur les murs de vignes sédunoises

Tribunal fédéral La cave Gilliard doit faire disparaître l'inscription de son nom et de celui du Clos Cochetta dans les vignes au-dessus de Sion. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 21 septembre 2019
(Image: Valott?) Plus...