Passer au contenu principal

Premiers pas pour le réseau 5G en Suisse

Durant un test réalisé au siège de Sunrise à Zurich, un débit moyen de 3,28 gigabits par seconde a été atteint.

Le test représente une première mondiale dans la bande de fréquences des 3,5 gigahertz (GHz).
Le test représente une première mondiale dans la bande de fréquences des 3,5 gigahertz (GHz).
Keystone

Trois ans avant un éventuel lancement en Suisse, Sunrise a effectué avec l'équipementier chinois Huawei un premier test de la prochaine génération de réseau mobile, la 5G. Durant la démonstration, un débit moyen de 3,28 gigabits par seconde (Gbit/s) a été atteint.

Le test, réalisé mardi devant la presse au siège de Sunrise à Zurich, représente une première mondiale dans la bande de fréquences des 3,5 gigahertz (GHz). A titre de comparaison, l'actuel réseau mobile appelé 4G ou LTE offre dans le meilleur des cas des débits théoriques de 1Gbit/s.

Mais dans la réalité, les débits culminent dans la plupart des endroits en Suisse à 300 mégabits par seconde (Mbit/s) et cela dans le cas idéal d'une seule antenne pour un utilisateur. Outre un gain de tempo, la technologie 5G, qui peut être comparée à la fibre optique via les ondes radio, présente d'autres avantages.

Affichant un temps de latence très court de 1 milliseconde (ms), contre un peu plus de 40 ms pour la 4G, la 5G représente un pas décisif pour la conduite autonome ou les applications de réalité augmentée, voire virtuelle. Elle offre aussi un nombre de connexions simultanées beaucoup plus élevé que la 4G, a expliqué Elmar Gasser, le responsable technologique de Sunrise.

Réseaux dédiés

La 5G permet également de fournir des réseaux et services dédiés comme par exemple pour les organisations de sécurité et de secours. En diffusant en streaming des contenus vidéos en très haute définition sur douze écrans simultanément, le test a par exemple permis de démontrer que la technologie 5G peut remplacer un réseau câblé dans un immeuble.

Alors que la 4G a présidé à de nombreux changements, la génération de réseau suivante promet de nouvelles avancées dans le domaine de la numérisation. Dans le contexte du développement de la 5G, le directeur général de Sunrise, Olaf Swantee s'est félicité de la couverture de près de 95% du territoire suisse qu'assure déjà le numéro deux helvétique des télécommunications avec la 4G.

La 5G pourrait ainsi permettre d'offrir le haut débit aussi dans des zones périphériques. Pour mémoire, l'octroi des nouvelles fréquences de téléphonie mobile est prévu pour le second semestre 2018. L'opération concernera les bandes des 700 MHz, des 1400 MHz et des 3500 à 3800 MHz. A celles-ci s'ajoute un bloc de fréquences de 2600 MHz qui n?avait pas trouvé preneur lors de la dernière attribution en 2012.

Normes trop sévères

Les opérateurs de téléphonie mobile, dont Sunrise, estiment cependant que les restrictions imposées par l'ordonnance sur les rayonnements non ionisants (ORNI) rendent très difficile d?implémenter la 5G dans les zones très peuplées. M. Swantee a rappelé que cette réglementation est la plus sévère du monde.

Les milieux de la protection de l'environnement s'opposent quant à eux à une hausse de la charge en rayonnements non ionisants.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.