La présidence de Pro Tell s'étripe

SuisseLe président Willy Pfund a dénoncé un putsch au sein de l'association Pro Tell, le lobby pro-armes. Il a démissionné avec effet immédiat.

Pro Tell ne voit pas d'un bon oeil les projets de la Commission europeene sur les armes.

Pro Tell ne voit pas d'un bon oeil les projets de la Commission europeene sur les armes. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Pro Tell se définit comme la «société pour un droit libéral sur les armes». Sa voix pèse à chaque sujet politique sur les armes. Mais il y a désormais le feu au sommet, comme l'écrit le Tages-Anzeiger dans son édition du 12 septembre.

Son président Willy Pfund, 77 ans, a démissionné mercredi avec effet immédiat «pour raisons personnelles», a indiqué Pro Tell vendredi. L'intérim est assuré par le vice-président Werner Hohler, jusqu'à ce que l'assemblée générale au début 2017 puisse nommer un nouveau président.

Un style de direction autocratique

Le départ du président ne s'est pas déroulé dans la sérénité, comme le montre son courrier électronique daté du 29 août envoyé à la présidence. Willy Pfund y dénonce une décision prise ce même jour qui le suspend de ses fonctions avec effet immédiat en raison d'un style de direction jugée autocratique et d'un manque de communication.

Le président décrit le procédé comme un «putsch contraire aux statuts et irrespectueux» pour sa personne et le travail effectué pour Pro Tell. «Je suis bouleversé. La confiance est rompue à tout point de vue.»

Contacté par le Tages-Anzeiger, Willy Pfund s'en est pris à certains cercles de Pro Tell qui demandent une libéralisation accrue de la loi sur les armes. «Je me suis orienté vers ce qui est politiquement faisable et j'ai combattu pour assurer les acquis.»

Schengen dans le viseur

Pro Tell ne veut pas s'exprimer sur la démission de son président. «Nous sommes convenus de garder le silence», a indiqué son président ad interim Werner Hohler. Ce départ va rien changer à l'organisation. «Nous continuerons à l'avenir à lutter pour un droit libéral des armes.»

Pro Tell se concentre sur la prochaine grande bataille qui s'annonce et qui lui tient particulièrement à cœur: le durcissement de la législation à venir en Suisse dans le sillage de ce qui se prépare à Bruxelles.

Le lobby, fort de 8500 membres et de nombreuses fédérations, pourrait bien combattre les accords de Schengen si la Commission européenne devait exiger de Berne que tous les détenteurs d'armes en Suisse se soumettent à des contrôles réguliers. Ce dont Pro Tell ne veut pas. (nxp)

Créé: 12.09.2016, 10h46

Willy Pfund, ex-président de Pro Tell

Articles en relation

L'Union Européenne veut désarmer la Suisse

Suisse Bruxelles va durcir sa législation sur les armes à feu, introduisant notamment des tests psychologiques et médicaux pour les détenteurs. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.