Passer au contenu principal

SuisseLe président de Stadler Rail défend Doris Leuthard

Peter Spuhler souligne que l'engagement de l'ex-conseillère fédérale est dans l'intérêt du contribuable car ses honoraires, 90'000 francs par an, sont déduits de sa pension.

Selon Peter Spuhler, Doris Leuthard recevra 90'000 francs par an pour son mandat à Stadler Rail.

Le président de Stadler Rail Peter Spuhler défend le droit des anciens conseillers fédéraux à travailler dans le secteur privé. Le fabricant de matériel ferroviaire a proposé la candidature de l'ex-ministre des Transports Doris Leuthard à son conseil d'administration.

«En tant qu'entrepreneur, j'attends des politiciens suisses qu'ils soutiennent l'économie. Et pas seulement pendant leur mandat, mais aussi après», explique Peter Spuhler dans un entretien avec le SonntagsBlick. Selon le Thurgovien, le grand savoir-faire en matière de politique européenne des transports, que Doris Leuthard a acquis, peut profiter à Stadler Rail et lui permettre de prendre des décisions stratégiques.

Par ailleurs, souligne l'ancien conseil national UDC, l'engagement de Doris Leuthard est dans l'intérêt du contribuable, car les honoraires du conseil d'administration sont déduits de la pension de conseillère fédérale que touche l'Argovienne.

Selon Peter Spuhler, Doris Leuthard recevra 90'000 francs par an pour son mandat à Stadler-Rail. Les actionnaires devront se prononcer sur sa nomination lors de l'assemblée générale le 30 avril 2020. Depuis ce printemps, l'ex-ministre est déjà devenue membre des conseils d'administration de Coop, Bell Food et Transgourmet.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.