Passer au contenu principal

Fédérales 2019Le président de l'UDC mobilise ses troupes

Devant les délégués, Albert Rösti a mis l'accent sur le rôle crucial de la campagne du parti agrarien pour les élections fédérales de cet automne.

L’UDC lance la dernière ligne droite de sa campagne électorale

L'UDC s'est lancée samedi à Sattel (SZ) dans la dernière ligne droite de la campagne des élections fédérales à Sattel (SZ). Son président Albert Rösti a appelé à la résistance.

C'est un jour important qui marque le début de la campagne offensive de l'UDC en vue du 20 octobre, a clamé M. Rösti dans son discours d'ouverture. Il s'est dit convaincu de la victoire. L'UDC ne le fait pas pour elle-même ou pour glaner des places, mais pour la Suisse, a-t-il affirmé.

L'UDC est selon le Bernois la seule à défendre le pays avec véhémence, et cela malgré les critiques. Les élections de cet automne sont particulièrement importantes, parce que la Suisse se porte bien et risque de se reposer sur ses lauriers, selon lui.

Sous une tente, l'UDC s'est adressée aux délégués sur le ton du pragmatisme. La séance a commencé par un cortège de porteurs de cloches auquel l'ancien conseiller fédéral Christoph Blocher a pris part, suivi des mascottes «Sünneli» (petits soleils).

Thèmes habituels

Les thèmes des discours UDC n'ont pas échappé à la règle, listant les «ennemis» de la Suisse intérieurs comme extérieurs, l'accord-cadre avec l'UE, les risques représentés par les défenseurs du climat ainsi que tous les autres partis militant pour plus d'égalitarisme et de redistribution.

Le conseiller national zurichois Roger Köppel s'est décrit comme un «compagnon d'armes» face à ces multiples menaces. L'UDC est «la dernière ligne de défense politique de la Suisse», a-t-il soutenu. Elle seule a encore la force et la conviction pour résister, afin que la Suisse ne soit pas détruite par des «politiciens abrutis par la prospérité».

L'ancien conseiller fédéral Blocher a comparé la «bataille de la liberté» à Morgarten en 1315 aux élections du 20 octobre. Les ennemis actuels de la Suisse ne portent plus d'armure de chevalier, mais disposent d'armes abstraites telles que l'accord institutionnel visant à soumettre la Suisse à l'UE, a-t-il expliqué sous un tonnerre d'applaudissements.

Maurer et Parmelin en renfort

Les conseillers fédéraux Ueli Maurer et Guy Parmelin étaient naturellement de la fête pour motiver les troupes. La Suisse est sur le podium dans presque tous les classements. Elle le doit à son organisation, grâce au fédéralisme et à la démocratie directe, a déclaré le premier. Mais aujourd'hui, beaucoup de gens sont insécurisés par la mondialisation et la perte des valeurs.

L'UDC est ouverte aux nouvelles technologies, mais reste pragmatique, a poursuivi le Zurichois, qui a brandi un téléphone dans une main et une vache en bois dans l'autre pour illustrer son propos. Les prochaines élections sont une étape importante dans une période d'incertitude et de superficialité, selon lui.

Guy Parmelin a quant à lui brossé un bref tableau de la situation économique du pays: les chiffres économiques sont encore bons et le marché du travail est sain. Mais ce n'est pas tombé du ciel. La prochaine législature doit selon lui être entièrement au service du pays, de son développement, de son renforcement et de la préservation de la qualité de vie. Pour M. Parmelin, l'UDC est responsable de la réussite de la Suisse.

Les promesses des candidats

Les candidats de l'UDC pour les élections fédérales ont prêté serment lors de la fête électorale. Ils ont scellé une «Alliance pour la liberté» afin de démontrer leur «volonté de résister». Les candidats ont défilé sous le chapiteau avec des drapeaux cantonaux. Ils ont promis de s'engager contre le «traité de soumission avec l'UE», pour l'expulsion des étrangers criminels, contre «l'immigration excessive» et une Suisse à 10 millions de personnes. Ils lutteront également contre de nouvelles taxes, et contre la distribution d'argent à l'étranger et l'épuisement simultané de l'AVS.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.