«Nous sommes prêts à aller devant le peuple»

Initiative populaire sur l’arméeLes officiers suisses mettent en garde le Conseil fédéral.

Le brigadier Denis Froidevaux, vice-président de la Société suisse des officiers.

Le brigadier Denis Froidevaux, vice-président de la Société suisse des officiers. Image: Philippe Maeder

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le paquet d’économies de 750 millions que le Conseil fédéral prévoit pour financer l’achat du Gripen passe mal chez les militaires. Il suffirait d’un référendum contre cette mesure et le budget de l’armée ainsi que l’achat du Gripen seraient en péril. La Société suisse des officiers (SSO) n’admet pas le principe et prépare une éventuelle initiative «Pour une armée crédible». Explications du brigadier Denis Froidevaux, vice-président de la SSO.

Pourquoi voulez-vous lancer une initiative populaire?

Nous constatons depuis plusieurs années un manque de cohérence en matière de politique de sécurité. L’option du parlement de fixer le cadre d’une armée à 100?000 hommes et à 5 milliards de budget était claire. Vouloir maintenant lier ces dépenses à un programme d’économies qui affecterait la formation, la recherche, la politique des transports, n’est pas acceptable. Dans ces conditions, le budget de l’armée n’a aucune chance face à un référendum. On ne déshabille pas Pierre pour habiller Jean! C’est une forme de manœuvre particulièrement malhonnête.

Le Conseil fédéral avait prévenu qu’un programme d’économies serait nécessaire…

Je vous rappelle que le budget de l’armée a passé de 20% du budget total de la Confédération à moins de 7% en vingt ans alors que simultanément le budget global de la Confédération a quasiment doublé! Depuis 1998, l’armée a économisé sur son budget environ 3,7 milliards. Et ces deux dernières années, elle a économisé 900 millions dans le but de créer une réserve visant à remplacer le Tigre vieux de plus de 30?ans! Où sont passés ces milliards? Le Département des finances avait dit que si des économies substantielles étaient faites, elles pourraient être affectées au Gripen. Or maintenant le Conseil fédéral veut mettre cet argent dans la caisse commune. Ce n’est pas crédible ni acceptable, et même irrespectueux vis-à-vis du citoyen soldat.

L’armée est-elle vraiment un secteur prioritaire?

La sécurité en tous les cas, et l’armée qui est un pilier essentiel, certainement! La vraie question réside dans l’équilibre entre le profil de prestations demandés et les ressources. Il est hypocrite de demander à l’armée d’assumer ses missions (par exemple la défense, la sauvegarde des conditions d’existence ou encore les contributions aux opérations de maintien de la paix), sans lui donner les moyens. C’est incohérent et irresponsable.

Lorsque vous évoquez une initiative populaire, est-ce une menace sérieuse?

La SSO n’agit pas sous forme de menace, ce n’est pas dans ses valeurs, mais bel et bien un souci de cohérence et de respect vis-à-vis de la milice. Nous préparons ce texte depuis l’été 2011 et il est quasiment prêt. Nous envisageons de demander au peuple quelle politique de sécurité il veut, quelle mission il entend donner à l’armée et avec quels moyens.

Pensez-vous que le peuple vous suivra?

Je n’ai pas de boule de cristal. Mais si j’en crois les sondages, la population est attachée à son armée. J’observe que la situation géopolitique est instable, que la situation en Europe n’est pas au beau fixe sur le plan économique et que la situation peut se dégrader très rapidement au vu des menaces potentielles. La sécurité est un besoin fondamental d’un Etat qui se veut libre, indépendant et constitue une tâche essentielle de l’Etat. Imaginer que nos voisins vont payer notre sécurité, de laquelle dépend aussi notre prospérité, c’est faire preuve de naïveté ou d’irresponsabilité.

Créé: 22.02.2012, 22h45

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.