Primes 2018: chaque acteur accuse les autres

Assurance maladieLes acteurs du système de santé et les politiques se renvoient la balle sur les responsabilités de la hausse des primes dans l'assurance maladie.

Chaque année, la hausse des primes est une pilule amère à avaler.

Chaque année, la hausse des primes est une pilule amère à avaler. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les réactions ont fusé de toutes part jeudi, aussitôt les primes 2018 de l'assurance maladie obligatoire publiées. Les acteurs du système de santé et les politiques se renvoient pour la plupart la balle, quant aux responsabilités de cette nouvelle hausse.

Santésuisse salue la «démarche prudente du Conseil fédéral qui a renoncé dans une large mesure à intégrer dans le calcul des primes les économies non encore avérées de son intervention dans le Tarmed». Il a pris au sérieux les doutes émis par les assureurs maladie lors de l'approbation des primes et a renoncé à les maintenir artificiellement basses, se réjouit la principale faîtière dans un communiqué.

Quelques minutes plus tôt devant les médias, Alain Berset a lui relevé l'effet positif de la révision de Tarmed, qui entrera en vigueur le 1er janvier et dont le gouvernement attend des économies de 470 millions de francs. «Nous avons demandé aux assureurs d'en tenir compte en fixant leurs primes», a-t-il dit. Il est difficile d'évaluer comment les assureurs ont pris en compte ce facteur, mais sans cet élément, la hausse aurait été de plus de 5%, selon lui.

Réserves par milliards

Le magazine des consommateurs Bon à Savoir conteste lui l'argument des réserves sous-dotées qui expliqueraient le quart de la hausse des primes 2018. Des caisses manquent en effet de réserves, mais d'autres en regorgent, selon un document de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) que le magazine a publié en ligne.

Les caisses cumulent ainsi des réserves excédentaires à fin 2017 qui dépassent les deux milliards de francs, soit 240 francs par habitant, écrit Bon à Savoir sur son site. D'après le magazine, l'initiative pour une liberté d'organisation des cantons, qui sera présentée vendredi et lancée mardi, permettra de régler définitivement cette question, en attendant un changement plus fondamental de système.

Côté consommateurs, on reproche aussi à l'OFSP de ne remplir qu'en partie ses devoirs de contrôle et d'application des lois. Selon des estimations de l'organisation de défense des consommateurs alémaniques, 20% à 30% de toutes les prestations médicales menées en Suisse seraient inutiles. Imputer ce fait aux seuls patients est un peu court. Outre les manquements de l'OFSP, il faut voir que derrière chaque traitement, il y a un médecin.

Les médecins se défendent

Les médecins tiennent d'abord à relativiser la hausse des primes et des coûts en la mettant en regard de nombreuses études qui placent la Suisse parmi les pays au monde disposant du meilleur système de santé, tant par l'accès, que par la qualité et la prise en charge. Ce qui a un coût, admet la Fédération des médecins suisses (FMH).

Pour faire mieux, les médecins proposent l'introduction d'un financement uniforme de ces deux domaines, une mesure qui recèle un potentiel d'économies d'un milliard de francs par an. «Nous nous trouvons dans un cercle vicieux», renchérit l'Association des médecins indépendants (ASMI).

Etant donné que les cantons ne participent au financement des coûts que pour les soins stationnaires, la tendance, en soi souhaitable, en faveur de la médecine ambulatoire grève intégralement le montant des primes. Et l'ASMI d'envisager une initiative populaire pour demander un financement uniforme.

Côté politique, PS et PDC sont les seuls à avoir spontanément réagi jeudi. Ils sont aussi les seuls partis à envisager de lancer des initiatives populaires. Appliqué à la santé, le système de concurrence stimule certes la croissance, mais ce sont les assurés qui en paient le prix à travers la hausse des primes. Tous ne sont en outre pas logés à la même enseigne. S'ils subissent des différences en fonction de données personnelles ou du choix de la caisse, le domicile compte aussi.

Des cantons se rebiffent

Et Mauro Poggia de constater que les petits cantons restent toujours ceux dont les primes sont les plus basses avec les augmentations sur le bas de la fourchette. Or, ces cantons font partie de ceux qui avaient versé des primes trop basses de 1996 à 2013, note le directeur genevois de la santé.

Son collègue vaudois Pierre-Yves Maillard n'a pas manqué de pointer du doigt deux décisions du Parlement introduites en 2012: la réforme du financement hospitalier et la fin du moratoire qui a ensuite été allégé.

«Le bilan est catastrophique. Cette fin du moratoire était une des plus stupides décisions qu'un Parlement occidental ait pu prendre ces 50 dernières années, à part des déclenchements de guerre», a-t-il déclaré. Ses prochaines mesures viseront ainsi à renforcer la clause du besoin et à instaurer un moratoire sur l'installation de nouveaux médecins, tant en cabinet qu'en institution. (ats/nxp)

Créé: 28.09.2017, 16h03

Articles en relation

Des réserves suffisantes, selon «Bon à savoir»

Assurance maladie Le journal des consommateurs a publié un document, selon lequel les caisses cumulent plus de deux milliards d'excédents à fin 2017. Plus...

Les Romands en ordre dispersé face à la hausse

Primes 2018 Les cantons romands sont les plus touchés par la hausse des primes annoncée pour 2018. Chacun essaie d'atténuer le choc de son côté. Plus...

Les primes vont grimper de 4% en moyenne

Suisse La hausse va même dépasser 5% dans la plupart des cantons romands en 2018. La progression est également plus forte chez les enfants. Plus...

Articles en relation

Les Romands en ordre dispersé face à la hausse

Primes 2018 Les cantons romands sont les plus touchés par la hausse des primes annoncée pour 2018. Chacun essaie d'atténuer le choc de son côté. Plus...

Les primes vont grimper de 4% en moyenne

Suisse La hausse va même dépasser 5% dans la plupart des cantons romands en 2018. La progression est également plus forte chez les enfants. Plus...

L'annonce de la hausse des primes 2018 en direct

Assurance maladie Le ministre de la santé Alain Berset a dévoilé à Berne les primes 2018. Vaud est le plus mal loti avec une hausse de 6,4%. Genève, le Valais et Neuchâtel grimacent. Moyenne suisse: 4%. Plus...

Les primes 2018 vont faire mal pour le canton de Vaud

Caisses maladie Alain Berset a annoncé une hausse moyenne de la prime standard de 4% pour toute la Suisse. Pour Vaud, la hausse sera de plus de 6,4%. Plus...

Hausses de primes: quatre initiatives en préparation

Assurance maladie Les propositions pour mettre fin à la spirale de la hausse des primes n'ont jamais été aussi nombreuses. Deux textes seront lancés dès mardi. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.