Passer au contenu principal

Prix des billets plus cher via l'appli des CFF

Mieux vaut examiner de près les tarifs proposés sur l'application des CFF. Ils ne sont pas toujours les plus avantageux.

Keystone

Le week-end prochain, c'est Pâques et vous allez peut-être vous offrir une petite virée quelque part en Suisse en train. Mais si vous réservez vos billets via l'application des CFF, mieux vaut calculer de très près les tarifs qu'elle vous propose. En effet, le «SonntagsBlick» observe que les prix sont calculés de manière étrange et pas franchement avantageuse pour les clients.

Le journal prend ainsi l'exemple d'un voyageur qui décide de se rendre de Berne à Jaun, dans le canton de Fribourg. Pour ce faire, il doit aller à Bulle en passant par Fribourg, puis prendre le bus régional jusqu'à Jaun. L'appli des CFF lui propose le tarif aller-retour de 47,20 francs en demi-tarif. Mais s'il prend deux billets différents, soit Berne-Fribourg et Fribourg-Jaun, il ne paiera que... 31 francs! Pour exactement le même trajet aux mêmes horaires. Et les exemples du genre sont légion, selon le journal dominical, qui cite quelques exemples au départ de Zurich.

Deux types de tarifs

Comment est-ce possible? Pourquoi l'appli des CFF ne sélectionne pas systématiquement le tarif le moins cher pour l'usager? Interrogés par le «SonntagsBlick», les CFF renvoient à CH-Direct, l'association tarifaire nationale pour les transports publics à laquelle 250 entreprises de transport sont affiliées. Le problème y est bien connu et se justifie par le fait qu'il existe deux types de tarifs différents en Suisse.

«Dans le trafic national direct, qui concerne toutes les entreprises de transport, les prix des itinéraires sont calculés sur une base kilométrique dégressive, avec un prix au kilomètre qui diminue au fur et à mesure que l'on s'éloigne. Dans les alliances régionales, la zone est en revanche divisée en zones, et à l'intérieur d'une zone vous voyagez au même prix quelle que soit la distance», explique le porte-parole Thomas Ammann. Ces différents systèmes tarifaires donnent donc lieu à des prix différents en fonction de l'itinéraire.

Mais ces différents systèmes sont souhaités sur le plan politique et sont contrôlés en particulier par les cantons, ajoute-t-il. Et les cantons ont intérêt à ce que leurs habitants soient transportés le moins cher possible sur le réseau régional. Ils subventionnent donc particulièrement fortement le réseau régional, explique-t-il.

Les choses vont peut-être changer. En effet, à partir du 1er janvier 2020, les transports directs nationaux et les transports régionaux vont collaborer plus étroitement. L'objectif est de simplifier et d'uniformiser le système tarifaire à long terme.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.