Passer au contenu principal

Portes défectueuses: les CFF savaient

L'ex-régie a confirmé ce samedi que le problème des portes de trains CFF n'est pas nouveau et que des dizaines de cas ont été traités en cinq ans.

Le problème de la protection anti-pincement des portes de trains CFF n'est pas nouveau. Durant les cinq dernières années, il a nécessité 328 mesures d'entretien, soit une soixantaine de cas par année.

L'ex-régie a confirmé samedi à Keystone-ATS l'information des titres du groupe Tamedia. Ces 328 interventions font partie de l'entretien courant, a déclaré Jean-Philippe Schmidt, porte-parole des CFF.

Quant à savoir si ce nombre élevé de réparations représente une fréquence anormale, l'ex-régie réserve sa réponse. Elle veut attendre les résultats de l'audit externe commandé par l'Office fédéral des transports.

Le syndicat du personnel des transports (SEV) ne voit pas les choses du même oeil. Soixante cas problématiques par an répertoriés par le personnel sur le mécanisme anti-pincement, c'est trop, selon Jürg Hurni, secrétaire syndical, cité dans les journaux «Bund» et «Tages Anzeiger». Ces annonces auraient dû pousser les CFF à raccourcir l'intervalle des contrôles.

Les CFF testent régulièrement la fonction de protection anti-pincement tous les sept à dix jours. Un contrôle supplémentaire plus poussé est mené tous les 60 jours. Chaque année, environ 2000 portes sont contrôlées 50 fois par année, ce qui représente 100'000 contrôles par an, précise Philippe Schmidt.

Contrôle spécial terminé

Un défaut de fonctionnement de la protection anti-pincement est à l'origine de l'accident qui a coûté la vie à un contrôleur le 4 août à Baden. Jeudi dernier, les CFF ont indiqué avoir terminé leur contrôle spécial des voitures VU IV.

Un défaut de fonctionnement du mécanisme anti-pincement a été constaté sur 69 portes. Ces examens ont aussi permis de mettre à jour 572 défauts, dont la plupart n'ont aucun impact sur le fonctionnement des portes et ne sont pas déterminants pour la sécurité.

En tout, 458 voitures, soit 1832 portes, ont fait l'objet d'un contrôle entre le 12 et le 28 août. Les portes défectueuses ont été réparées ou condamnées. Selon les CFF, les voitures VU IV peuvent être mises en service en toute sécurité.

De son côté, le service suisse d'enquête de sécurité (SESE) a exigé dans un rapport intermédiaire qu'à moyen terme la commande des portes soit changée, car la protection contre le pincement ne fonctionne pas de manière fiable. Les CFF veulent présenter d'ici fin octobre un plan détaillant comment cela pourrait être mis en oeuvre.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.