Lors de son procès, le pédophile récidiviste se déclare «asexué»

JusticeR. T. est en procès à Bulle (FR) pour des accusations d’abus sexuels commis sur des mineurs en Thaïlande

R. T. lors de son arrestation par la police thaïlandaise, à Pattaya en 2013. Il sera acquitté avant d’être arrêté en Suisse.

R. T. lors de son arrestation par la police thaïlandaise, à Pattaya en 2013. Il sera acquitté avant d’être arrêté en Suisse. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

R. T. s’est exprimé pour la première fois, mercredi, lors du deuxième jour de son procès. «Je n’ai jamais eu d’intérêt pour le sexe. Je préfère les voyages, les rencontres avec les gens. En fait, je me considère comme asexué», explique-t-il à la présidente de la Cour. Frédérique Bütikofer Repond l’interrogeait sur ses tendances sexuelles. Le procès du pédophile suisse soupçonné d’avoir exploité sexuellement plus de 80 garçons en Thaïlande s’est poursuivi mercredi devant le Tribunal de la Gruyère, à Bulle.

«Oui, je suis plutôt fixé côté garçon», avoue le prévenu avec peine. Mais il avance n’avoir jamais rien fait de sexuel avec des mineurs. «Jamais», insiste ce pédophile qui a déjà été condamné deux fois en Suisse. En 1980, dans le canton de Fribourg. Et en 1991, en Valais. L’homme «asexué», qui nie tout, présente un risque de récidive, selon l’expertise psychiatrique.

5000 photos

R. T. est accusé d’abus sexuels, commis de 2003 à 2014 sur des garçons thaïlandais, parfois très jeunes. Cet ancien propriétaire d’un bar de prostitution masculine à Pattaya a été arrêté à Bulle (FR), début 2015. La justice lui reproche d’avoir pris 5000 photos pédopornographiques. Il en aurait ensuite remis à des touristes européens. Plus de 80 victimes auraient été forcées de poser. Enfin, le prévenu est soupçonné d’avoir vendu les services de ces enfants.

L’accusé a reconnu avoir pris ces images. Pourquoi l’avoir fait? demande la présidente. «Je le faisais parce que le déclic de l’appareil me procurait une excitation. C’est tout. Je n’ai jamais touché les enfants que je photographiais.» Les photos auraient ensuite dormi dans son ordinateur. Il assure ne jamais les avoir regardées. Elles lui seraient inutiles. «Ma grande erreur, c’est de ne pas les avoir effacées.»

Le matériel pédopornographique est énorme. Une policière fribourgeoise et son équipe disent devant la Cour avoir mis six mois pour le décortiquer. Seuls ou à plusieurs, les enfants commettent des actes sexuels (masturbation, fellation, sodomie) devant la caméra. Leur âge oscille entre 9 et 18 ans pour les plus âgés. Il y a des frères. Certains apparaissent des centaines de fois et sur plusieurs années: on les voit vieillir avec le temps. On remarque la présence d’un senior occidental qui prend bien soin de ne pas être reconnaissable.

«Spontanément»

Devant la Cour, R. T. développe une vision rousseauiste de l’éducation sexuelle en Thaïlande. Ce n’est pas lui qui a incité ces jeunes à se tripoter. Ils l’ont fait spontanément. Les mœurs sont différentes en Asie du Sud-Est, explique-t-il. Sexuellement, les filles sont plus réservées. Les garçons, en revanche, sont terriblement précoces. Ils courent comme des lapins dans la nature pour assouvir leurs pulsions. Lorsqu’il s’en est rendu compte, le Suisse les a invités à le faire dans sa maison de villégiature à Nonghoï, à deux pas de Pattaya. C’est plus confortable. «Ils se sont mis spontanément devant mon appareil», témoigne celui qui peine à résister au déclic de la caméra photo.

Pas sûr que ces explications convainquent le tribunal. Ce d’autant, après la projection de deux vidéos tournées, entre autres, dans une chambre du bar de R. T. Les films montrent des jeunes de Pattaya en train d’accomplir des actes sexuels. Le réalisateur en incite deux à passer à la sodomie.

Il fait des gros plans sur les éjaculations, les fesses, les visages gênés. Invité à réagir après la projection de ces images, R. T. n’a alors plus évoqué le jeu sexuel des enfants de Pattaya. Bégayant, il a juré n’avoir jamais tourné de vidéo, puis il a tenté de botter en touche. «Arrêtez de louvoyer», ordonne la présidente.

Créé: 08.02.2018, 07h05

Articles en relation

Jugé pour avoir abusé de 80 garçons en Thaïlande

Canton de Fribourg Le Tribunal pénal de la Gruyère se penche sur le cas d'un pédophile suisse ayant sévi en Thaïlande. Il profitait de la misère de jeunes garçons pour les attirer chez lui. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.