Projet du Conseil fédéral: l'UDC fait la fine bouche

Immigration Les réactions ont été nombreuses suite à l'annonce des propositions du conseil fédéral. Si le PLR soutient Berne, le PS est plus nuancé et l'UDC accuse le Conseil fédéral de laxisme.

Le Conseil fédéral a mis ce mercredi 11 février son projet en consultation et adopté son mandat pour renégocier l'accord de libre circulation des personnes.

Le Conseil fédéral a mis ce mercredi 11 février son projet en consultation et adopté son mandat pour renégocier l'accord de libre circulation des personnes. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Tandis que l'UDC fait la fine bouche devant le projet d'application stricte présenté mercredi 11 février par le Conseil fédéral de l'initiative contre l'immigration de masse, le PLR se range derrière le gouvernement. Le PS est plus nuancé. Le PDC et economiesuisse ne cachent pas en revanche leur déception.

«Le Conseil fédéral fait preuve de laxisme», tonne le président de l'UDC et conseiller national st-gallois Toni Brunner. «Il joue la montre.» Si la décision du peuple contre l'immigration de masse n'est pas mise en œuvre de manière plus décisive, l'UDC lancera au plus tard début 2016 une initiative pour en finir avec la libre circulation.

Les libéraux-radicaux se rangent derrière le Conseil fédéral. Le parti soutient sa démarche d'«appliquer correctement le texte constitutionnel sur l«immigration de masse et de respecter la volonté du peuple. Mais dans le même temps, maintenir les accords bilatéraux qui ont reçu la confirmation du vote populaire à plusieurs reprises est central.

USAM sur la même ligne

L'USAM est sur la même ligne. L'organisation faîtière des PME salue une application souple des quotas. Elle l'appelle de ses vœux pour les séjours de courte durée allant jusqu'à un an. Et regrette ainsi que la proposition du Conseil fédéral dans ce domaine se limite aux séjours de quatre mois.

L'Union suisse des paysans demande que les démarches restent simples pour la main-d'œuvre peu qualifiée séjournant moins d'une année en Suisse et que les branches à bas salaires ne soient pas lésées lors de la répartition des contingents.

Hotelleriesuisse s'oppose à un contingentement des autorisations de courte durée à partir d'un séjour de quatre mois, jugeant que des contingents ne s'imposent qu'à partir d'une durée de séjour de douze mois.

PDC: il manque des chiffres sur les besoins

Du côté du PDC, c'est le mécontentement qui domine. Le parti regrette le manque de chiffres concrets sur les besoins en main-d'oeuvre par branche. Le Conseil fédéral, «qui manque de courage», aurait dû identifier depuis longtemps le besoin de chaque secteur pour proposer des mesures ciblées.

Swissmem exprime elle aussi sa déconvenue. La faîtière du secteur de l'industrie des machines regrette particulièrement que le modèle de la clause de sauvegarde proposé par les milieux économiques n'ait pas été retenu.

La Commission européenne réservée

Egalement insatisfaite, economiesuisse critique le Conseil fédéral qui poursuit sa stratégie d'application de l'initiative contre l'immigration de masse, «rigide et non conforme aux besoins du marché de l'emploi». De plus, vis-à-vis de l'UE, il s'engage sur une «voie sans issue».

Comme attendu, la Commission européenne s'est montrée réservée après les propositions du Conseil fédéral. Elle a «pris acte de la décision du gouvernement suisse», a-t-elle indiqué. «Comme déclaré dans sa réponse, l'UE n'est pas en position de renégocier l'accord dans le but d'introduire des contingents et/ou la préférence nationale.»

Verts: Voie sans issue

Le Parti bourgeois-démocratique (PBD) ne comprend pas pourquoi le gouvernement se montre autant lent et hésitant. La formation juge inévitable que le peuple revote sur les relations entre la Suisse et l'UE.

«La proposition du Conseil fédéral est une boîte noire, avance Regula Rytz (BE), la co-présidente des Verts suisses. Aujourd'hui, on n'en sait pas plus qu'il y a un an.» Pour Adèle Thorens (VD), l'autre co-présidente, le gouvernement s'entête dans une voie sans issue, dit-elle sur Twitter.

Pour le Parti socialiste, seule une solution qui ne détériore pas «nos relations» avec l'Europe doit être envisagée. «En revanche, le Conseil fédéral aurait dû entamer les réformes intérieures nécessaires bien plus tôt», critique le président du parti, Christian Levrat, qui dit «oui» aux négociations, mais plaide pour entamer rapidement des réformes intérieures.

L'Union syndicale inquiète

Pour le syndicat Travail.Suisse, il est crucial, que, quoi que propose le Conseil fédéral, la voie bilatérale avec l'UE soit maintenue. Et que dans le même temps, la mise en œuvre de l'initiative du 9 février ne se fasse pas sur le dos des employés.

Le Conseil fédéral devra renforcer les mesures d'accompagnement. Car le système de contingentement va conduire à la discrimination des travailleurs étrangers et encourager le travail au noir et le dumping salarial, selon l'Union syndicale suisse. (ats/nxp)

Créé: 11.02.2015, 19h43

Articles en relation

Berne tient au maintien des contingents d'étrangers

Immigration Le Conseil fédéral persiste et signe sur l'initiative de l'UDC «contre une immigration de masse», acceptée en votation populaire le 9 février 2014, et continue de miser sur une application stricte. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.