Le promoteur soupçonné d'escroquerie reste en détention

JusticeLe sort de l'homme arrêté la semaine dernière à Genève est suspendu à une décision de la Chambre pénale de recours.

le promoteur aujourd'hui prévenu d'escroquerie s'est fait un nom dans les années 2000 en bâtissant des chalets de luxe, notamment à Megève (F).

le promoteur aujourd'hui prévenu d'escroquerie s'est fait un nom dans les années 2000 en bâtissant des chalets de luxe, notamment à Megève (F). Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

A.E. reste sous les verrous. Ce promoteur immobilier, interpellé mercredi dernier à l'aéroport de Genève, fait l'objet d'une procédure pénale pour escroquerie, faux dans les titres, gestion déloyale, banqueroute frauduleuse et soustraction fiscale. Saisi par le Ministère public genevois d'une demande de mise en détention provisoire du prévenu, le Tribunal des mesures de contrainte a prononcé des mesures de substitution. La procureure en charge de ce volumineux dossier, Josepha Wohnrau, a cependant contesté cette décision devant la Chambre pénale de recours. «Cette dernière a décidé, en l'état, de maintenir le prévenu en détention», indique Henri Della Casa, porte-parole du Ministère public.

Actif en Suisse et en France pendant des années, A.E. s'est fait un nom en bâtissant des chalets de luxe et des villas de prestige. Ceux qui l'ont côtoyé décrivent un personnage aussi charismatique que dépensier, menant un train de vie princier. Il se serait endetté à hauteur de plusieurs dizaines, voire de centaines de millions de francs auprès de particuliers et de grandes institutions. La liquidation de sa principale société, prononcée en 2014, a laissé un trou de 16 millions de francs. Plusieurs de ses créanciers l'ont attaqué en justice.

Balafre à Grimentz

En Suisse, ce père de famille quinquagénaire a notamment fait partie des promoteurs de l'Inalp, un complexe hôtelier et immobilier resté inachevé à Grimentz. Ce désastre a laissé une immense balafre de béton dans la station valaisanne.

Fin février, l'intéressé s'était exprimé dans nos colonnes, au terme d'une enquête exclusive. Sûr de son fait, il réfutait toutes les allégations portées à son encontre, en se disant ruiné et victime de manoeuvres vengeresses. Il affirmait que la vente de plusieurs propriétés par l'intermédiaire de l'Office des faillites permettrait d'éponger ses ardoises. Dans l'attente de sa convocation par la justice genevoise, il se disait «on ne peut plus serein».

(24 heures)

Créé: 03.04.2017, 12h07

Articles en relation

La justice met la main sur un promoteur prévenu d'escroquerie

Immobilier A.E. a été arrêté mercredi soir à Genève. Poursuivi par de nombreux créanciers, il fait l'objet d'une lourde procédure pénale. Plus...

Un promoteur sulfureux dans le viseur de la justice

Immobilier Le Ministère public genevois a ouvert une procédure pénale contre un professionnel de l’immobilier de luxe. Il aurait floué des investisseurs en leur faisant miroiter des opérations juteuses. Enquête exclusive. Plus...

Le chantier inachevé qui inquiète Grimentz

Valais Un projet hôtelier inachevé inquiète la station du val d’Anniviers. Où certains rêvent encore de bains thermaux. Enquête Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.