Pour le PS, l'initiative Minder ne suffit pas

Rémunérations abusivesLe conseiller national Jean Christophe Schwaab n’est pas satisfait. Le Conseil fédéral rejette les propositions qui veulent «renforcer» l’initiative Minder contre les rémunérations abusives.

«Visiblement, le Conseil fédéral n'a pas vraiment entendu le message populaire du vote du 3 mars», affirme Jean Christophe Schwaab.

«Visiblement, le Conseil fédéral n'a pas vraiment entendu le message populaire du vote du 3 mars», affirme Jean Christophe Schwaab. Image: Jean-Bernard Sieber

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Si on analyse le résultat de l’initiative Minder, on constate que les gens ont dit stop aux salaires abusifs, bien plus que pour renforcer le droit des actionnaires!» Le conseiller national vaudois Jean Christophe Schwaab réagit fortement aux réponses du Conseil fédéral à trois motions socialistes concernant les rémunérations abusives. Des textes que le PS avait déposés sur la lancée de la victoire éclatante de l’initiative Minder le 3 mars dernier: 68% de oui!

«Visiblement, le Conseil fédéral n'a pas vraiment entendu le message populaire du vote du 3 mars. Il fait trop appel à l’autorégulation. Les règlements de rémunération des entreprises, ça veut tout dire et rien dire! On doit imposer à toutes les entreprises des contraintes similaires à celles prévues par la FINMA (ndlr: l’organe de contrôle de la place financière suisse) pour les entreprises d’importance systémique», explique le socialiste vaudois.

Pas d’extrapolation

En effet, les textes socialistes demandent un contrôle accru sur la part variable des salaires, ainsi qu’une imposition spécifique aux très hauts salaires. Et le Conseil fédéral répond par la négative en arguant que ces propositions ont déjà été débattues au parlement lors du long processus parlementaire qui avait précédé le vote de l’initiative «contre les rémunérations abusives» et qu’elles ne peuvent être extrapolées du texte de l’initiative.

En effet, le texte de l’entrepreneur schaffhousois ne s’attaque pas aux très hauts salaires, mais uniquement aux bonus perçus indûment. En résumé, lorsque ceux-ci ne correspondent pas aux résultats de l’entreprise. «Notre analyse est que l’initiative est une bonne chose, mais qu’elle ne suffit pas», avance Jean Christophe Schwaab.

Haut salaire ou bonus?

«La définition de la part variable des salaires doit être précisée. Car si c’est un bonus déguisé et garanti par contrat en rapport avec une performance à court terme, il met en danger l’entreprise. S’il est lié à la création de valeur à long terme et au développement de l’entreprise, c’est une manière acceptable de rémunérer la plus-value créée. Mais encore, il ne doit pas être choquant!» affirme Jean Christophe Schwaab.

La mise en œuvre de l’initiative Minder a, dès le lendemain du vote, suscité des controverses. Notamment celle du père de l'initiative, Thomas Minder, qui avait vertement fustigé l'attitude du PS et ses propositions qu'il considérait comme des tentatives de récupération. L'impossible application du texte a aussi été au centre des débats post-votation. La ministre de la Justice, Simonetta Sommaruga a essayé d’y couper court en annonçant que le texte sera appliqué dès le 1er janvier 2014 par voie d’ordonnance.

La volonté du Conseil fédéral est de donner du temps au parlement pour travailler sereinement à la base légale nécessaire dans la révision du droit de la société anonyme, dont les travaux avaient été suspendus en attendant le résultat de la votation. Opposants et sympathisants au texte de Thomas Minder essaient désormais d’interpréter la volonté du peuple. On n’a pas fini de parler hauts salaires… (nxp)

Créé: 27.05.2013, 07h28

Articles en relation

L'initiative Minder a bel et bien ratissé très large

Salaires abusifs Les sympathisants des partis de gauche et de l'UDC se sont nettement exprimés en faveur du texte. Les partisans du PS ont dit «oui» à 86%, ceux des Verts à 98% et ceux de l'UDC à 72%, ignorant le mot d'ordre de la direction de leur parti. Plus...

La droite veut voter plus tard sur les salaires équitables

Initiative 1:12 Voter en novembre plutôt qu’en septembre permettrait une campagne de meilleure qualité sur l'initiative «1:12 - Pour des salaires équitables», dit-on à droite. Tant mieux rétorque le PS qui estime l’effet Minder durable Plus...

Après les patrons, Minder s'en prend aux fonctionnaires

Parachutes dorés Thomas Minder s'attaque au «scandale» des parachutes dorés au sein de l’Administration fédérale. Après les salaires abusifs des grands patrons, hauts fonctionnaires ou juges sont dans le viseur du Schaffhousois. Plus...

L'UE veut limiter les salaires des grands patrons

Effet Minder S'inspirant de l'initiative Minder, acceptée par le peuple suisse le 3 mars dernier, le commissaire européen au Marché intérieur a déclaré vouloir baisser les salaires des patrons de sociétés européennes cotées en Bourse. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.