Qu’est-ce qui pollue les eaux souterraines en Suisse?

EnvironnementLes stations de mesure de la Confédération livrent des données précieuses sur les substances chimiques présentes dans notre principale source d’eau potable.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

En Suisse, plus de 80% des eaux potables et industrielles proviennent des eaux souterraines. Celles-ci sont en général de bonne à très bonne qualité, affirme l’Office fédéral de l’environnement (OFEV). Mais avec un gros bémol: on trouve dans les eaux souterraines helvétiques des traces parfois importantes de substances de synthèse, en particulier dans les agglomérations et les régions qui connaissent une agriculture intensive.

Nitrates

La concentration de nitrates dans les eaux souterraines a dépassé le taux admis (25 mg/litre) dans 15% des stations de mesure, lors du dernier relevé, en 2013.

Qui en utilise? Selon l’OFEV, l’exploitation agricole intensive – avec l’utilisation d’engrais notamment – est la première responsable de concentrations élevées de nitrates dans les eaux souterraines.

Produits phytosanitaires

La présence de telles substances – pesticides, herbicides, etc. – ou de leurs produits de dégradation a été détectée dans plus d’une station de mesure sur deux (57%) lors du dernier relevé fédéral. Leur concentration dans l’eau était supérieure à 0,1 microgramme/litre dans 22% des stations de mesure analysées.

Qui en utilise? C’est dans les zones urbaines que les valeurs limites par rapport aux substances actives ont le plus souvent été dépassées. En revanche, la pollution des eaux souterraines par des résidus de produits phytosanitaires est la plus importante dans les zones agricoles (dépassement dans 70% des stations de mesure).

Composés organiques volatils

De tels composés – il y en a dans des solvants ou encore dans l’essence – se retrouvent en concentrations supérieures à 1 microgramme/litre dans les eaux de 4% des stations de mesure.

Qui en utilise? Les deux produits les plus fortement détectés sont notamment utilisés pour le nettoyage chimique ou l’usinage des métaux. Sans surprise, c’est en ville que la valeur limite pour ces substances est le plus souvent dépassée.

Composants perfluorés

Des résidus de composés perfluorés – revêtements antiadhésifs ou antitaches par exemple – ont été détectés dans 21 stations sur les 49 testées en 2007 et 2008 lors d’une étude pilote. Mais à l’exception d’une d’entre elles, leur concentration était généralement faible.

Qui en utilise? Chacun d’entre nous. Ces composants proviennent principalement des eaux usées.

Médicaments

Des analyses ont été faites dans 100 stations d’eau souterraine. Sur les plus de 80 principes actifs analysés, on en a détecté 10 différents dans les eaux, le plus souvent en concentration inférieure à 20 ng/l. Plus de la moitié des substances détectées appartenaient au groupe des antibiotiques. Cela dit, ces mesures remontent déjà à plus de dix ans.

Qui en utilise? Les humains, bien sûr, mais aussi les animaux. Ces résidus de médicaments, entraînés avec les eaux usées, finissent dans les rivières et les ruisseaux dont l’eau s’infiltre dans les eaux souterraines.

Créé: 07.05.2019, 17h19

Articles en relation

Les paysans suisses démolissent l’initiative pour une eau propre

Environnement L’USP estime que l’interdiction des pesticides et antibiotiques aurait des conséquences dramatiques pour toute la population. Plus...

La guerre contre les pesticides est lancée

Initiative Les Suisses voteront l'an prochain sur l'interdiction des pesticides de synthèse. Les initiants montent déjà au front. Plus...

L’eau potable a sa pasionaria

Agriculture Franziska Herren a fait aboutir une initiative fédérale contre l’usage de pesticides et d’antibiotiques. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.