Passer au contenu principal

Succession Burkhalter«La question des femmes au CF n'en est plus une»

Le positionnement politique est plus important que le messager, selon le président de l'UDC Albert Rösti.

Le conseiller fédéral tessinois que les relations de la Suisse avec l'UE constituent une priorité pour 2018. (Jeudi 1 février 2018)
Le conseiller fédéral tessinois que les relations de la Suisse avec l'UE constituent une priorité pour 2018. (Jeudi 1 février 2018)
Keystone
Ignazio Cassis (2ème depuis la droite) sera le prochain ministres des affaires étrangètres. Laissé vacant par Didier Burkhalter, le DFAE restera donc en mains libérales-radicales. (Vendredi 22 septembre 2017)
Ignazio Cassis (2ème depuis la droite) sera le prochain ministres des affaires étrangètres. Laissé vacant par Didier Burkhalter, le DFAE restera donc en mains libérales-radicales. (Vendredi 22 septembre 2017)
Keystone
La présidente du PLR, Petra Gössi, a les faveurs de certains élus de droite, notamment de l'UDC, sous le Coupole. Elle a l'avantage d'être une femme de poigne et de représenter la Suisse centrale. Mais elle est alémanique et le PLR veut un(e) Latin(e).
La présidente du PLR, Petra Gössi, a les faveurs de certains élus de droite, notamment de l'UDC, sous le Coupole. Elle a l'avantage d'être une femme de poigne et de représenter la Suisse centrale. Mais elle est alémanique et le PLR veut un(e) Latin(e).
Keystone
1 / 63

Le positionnement des candidats à la succession de Didier Burkhalter est plus important que leur origine ou leur sexe, affirme le président de l'UDC. Albert Rösti regrette tout de même que la recherche de remplaçant se soit limitée à la partie latine de la Suisse.

Qui du conseiller national tessinois Ignazio Cassis, de sa collègue vaudoise Isabelle Moret, du conseiller d'Etat genevois Pierre Maudet ou encore d'une candidature non officielle aura les faveurs de l'UDC? La question reste ouverte: Albert Rösti refuse de s'exprimer avant les auditions des prétendants. Mais il rappelle, lors d'un entretien avec «Blick», que le positionnement politique est plus important que le messager.

Pas de candidature alémanique

Le chef du plus grand parti représenté au sein du Parlement reconnaît toutefois qu'en cas d'égalité entre deux candidats, l'origine fera la différence et non le sexe. Il fut un temps, où quatre femmes siégeaient au gouvernement, souligne le Bernois. La question des femmes au Conseil fédéral n'en est plus une.

A long terme, Albert Rösti estime d'ailleurs, dans les pages du quotidien qu'un équilibre se créera automatiquement. Il y a suffisamment de femmes qualifiées qui peuvent prétendre au poste de conseillère fédérale, complète-t-il. L'UDC compte plusieurs excellentes cheffes d'entreprise, dont, selon lui, la conseillère nationale Magdalena Martullo-Blocher qui pourraient faire du bon travail au sein du gouvernement.

Enfin, Albert Rösti, trouve dommage, que le PLR ait réduit si tôt le spectre de recherche et empêché une candidature alémanique. Actuellement, la Suisse orientale n'est pas non plus représentée au Conseil fédéral, fait-il remarquer.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.