Les radars pour oiseaux migrateurs se dévoilent

SuisseTrois radars permettent de suivre en direct la migration des oiseaux 24 heures sur 24. Les mésanges noires sont particulièrement nombreuses cette année:

Ce radar pour oiseaux migrateurs est placé sur le toit du centre de visite de la Station ornithologique de Sempach.

Ce radar pour oiseaux migrateurs est placé sur le toit du centre de visite de la Station ornithologique de Sempach. Image: Station ornithologique suisse

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La migration des oiseaux bat son plein. Trois radars installés à Winterthour (ZH), Sempach (LU) et Epeisses (GE) permettent désormais de la suivre en direct et d'améliorer les connaissances sur la répartition des migrateurs sur le Plateau suisse.

Les trois radars sont bien utiles à la Station ornithologique suisse, basée à Sempach. Grâce à eux, les migrateurs peuvent être quantifiés 24 heures sur 24. Environ 90% des oiseaux de passage en Suisse sont en effet des migrateurs nocturnes, écrit jeudi l'institution.

En visitant la Station ornithologique suisse, le grand public peut suivre en direct la migration des oiseaux dont la route passe par Sempach. Des images radar retransmises en temps réel permettent en effet de visualiser l'intensité des vols migratoires au-dessus du bâtiment.

Genève, l'entonnoir

Les résultats préliminaires de l'étude radar le confirment: le flux migratoire du Plateau se condense fortement à Genève. Le Jura et les Alpes s'y rejoignent en effet comme dans un entonnoir.

De l'autre côté de la frontière, à quelques kilomètres de la Cité de Calvin, les spécialistes de la LPO Haute-Savoie comptent les rapaces en provenance du Plateau suisse. Ces données précieuses contribuent, elles aussi, à améliorer les connaissances et la conservation des espèces.

Mésange noire en force

Parmi les migrateurs, les mésanges noires sont particulièrement nombreuses cette année: cet automne, 6600 d'entre elles ont déjà été capturées puis relâchées après avoir été équipées d'une bague à la station de recherche du Col de Bretolet, à la frontière franco-suisse, au-dessus de Champéry (VS).

Chaque automne, la station bague entre 10'000 et 20'000 oiseaux de plus de 100 espèces. Cette démarche permet de reconstruire les routes de migration des individus dont on retrouve les bagues numérotées. (ats/nxp)

Créé: 12.10.2017, 10h52

Articles en relation

Des radars pour protéger les oiseaux contre les éoliennes

Technologie Alors que partisans de la protection des oiseaux et promoteurs de l'énergie éolienne s'affrontent, le futur site de Granges dans le Canton de Soleure mise sur un radar pour oiseaux. Plus...

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Le cirage de chaussures fait son retour dans les rues lausannoises
(Image: Bénédicte) Plus...