Raiffeisen veut faire la lumière sur l'ère Vincenz

BanqueUne enquête a été lancée par l'établissement helvétique pour éclaircir s'il y avait eu ou non des irrégularités.

L'ancien patron de la banque Pierin Vincenz est au centre de l'attention.

L'ancien patron de la banque Pierin Vincenz est au centre de l'attention. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Raiffeisen a récemment lancé une enquête approfondie pour clarifier si des irrégularités ont été commises dans le cas de l'acquisition de la société d'investissement Investnet et lors d'autres achats de participations. Le président ad interim Pascal Gantenbein n'exclut pas que des personnes en subissent les conséquences.

«Lorsque nous analysons nos participations, nous examinons également de fait les personnes impliquées, dans la direction, mais aussi au conseil d'administration», a déclaré Pascal Gantenbein, président depuis un mois de Raiffeisen Suisse, dans une interview accordée à la NZZ am Sonntag.

Critiques émises

Le dirigeant fait ainsi allusion aux critiques émises à l'encontre de l'actuel directeur général de Raiffeisen Patrik Gisel, dans l'affaire entourant l'ancien patron de la banque Pierin Vincenz. «Ce n'est certainement pas une situation facile pour lui», relève-t-il.

Pascal Gantenbein souligne toutefois qu'il n'existe à l'heure actuelle «aucun indice laissant penser que Patrik Gisel a agi de manière incorrecte lors de ces prises de participations».

Le président de Raiffeisen considère prématuré de spéculer sur de possibles conséquences pour des personnes. «Mais celles-ci ne sont pas exclues pour autant», précise-t-il.

Enquête interne

La semaine dernière, Raiffeisen a annoncé le lancement d'une enquête interne dirigée par Bruno Gehrig afin d'examiner l'ère Pierin Vincenz. L'objectif de cette enquête indépendante est de vérifier les achats de participations effectués par la banque pour identifier d'éventuelles irrégularités.

Pascal Gantenbein explique avoir été «déçu» par l'affaire Vincenz. Il souligne toutefois «que la confiance de base dans notre banque n'a pas été affectée». Les 255 succursales Raiffeisen ne sont notamment pas concernées par l'enquête.

Le président de Raiffeisen a par ailleurs pour tâche de renouveler l'organe de surveillance de la banque. «D'ici à 2020, neuf nouveaux membres doivent rejoindre le conseil d'administration», note-t-il. (ats/nxp)

Créé: 15.04.2018, 14h36

Articles en relation

Le patron de Raiffeisen interrogé par le parquet

Zurich La justice a entendu le patron de la banque suisse Patrik Gisel vendredi passé. Plus...

Les affaires secrètes de l'ex-boss de la Raiffeisen

Suisse La «SonntagsZeitung» révèle quelques chiffres sur l'ex-banquier star, qui fait l'objet d'une procédure pénale pour gestion déloyale. Plus...

Le président de Raiffeisen démissionne

Suisse Eclaboussé par l'affaire Pierin Vincez, Johannes Rüegg-Stürm a abandonné ses fonctions, selon la banque. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 21 septembre 2018.
(Image: Valott) Plus...