Rebecca Ruiz adoubée par les socialistes

Vaud La candidature de Rebecca Ruiz pour l'élection complémentaire au Conseil d'Etat a été officiellement approuvée par son parti.

Pierre-Yves Maillard (gauche), Conseiller d'Etat vaudois sortant, après avoir félicité Rebecca Ruiz (droite), candidate a la candidature au Conseil d'Etat.

Pierre-Yves Maillard (gauche), Conseiller d'Etat vaudois sortant, après avoir félicité Rebecca Ruiz (droite), candidate a la candidature au Conseil d'Etat. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Réunis samedi en congrès extraordinaire à Prilly (VD), les socialistes vaudois ont approuvé formellement la candidature de Rebecca Ruiz à l'élection complémentaire au Conseil d'Etat. Elle a été désignée lors d'une longue «standing ovation».

La conseillère nationale est l'unique candidate à la succession de Pierre-Yves Maillard lors de l'élection du 17 mars. Devant quelque 250 camarades, elle a dit sa volonté de «conserver la majorité de gauche conquise de haute lutte en 2011 et confirmée à deux reprises dans les urnes depuis» et sollicité leur confiance.

Des politiques pour tous

La criminologue de 37 ans - 15 ans de politiques à son actif - a décliné son programme, de la santé à la sécurité en passant par l'évolution sociale, le climat et l'efficience énergétique. «La priorité est claire: s'assurer que les politiques menées et que le dynamisme vaudois profitent à tous, et préserver des acquis que certains veulent démanteler».

Faut-il maintenir l'équilibre actuel ou faut-il faire entrer au gouvernement un parti qui a fait de la division et de la stigmatisation son fonds de commmerce? La population compte sur nous pour défendre l'intérêt général. Il suffit de regarder le bilan pour y répondre, a-t-elle conclu, chaleureusement applaudie par l'assemblée

Evoquant son «malheureux contrat à l'Etat de Vaud dont certains essaient de faire une affaire», l'élue dit avoir été très fière comme employée auxiliaire de participer au développement d'une politique publique, et de donner des outils face au cyber harcèlement. Elle a répété ne pas être responsable des pratiques administratives alors en vigueur.

Campagne de terrain

De nombreux discours ont ponctué l'assemblée, dont ceux de la présidente du Conseil d'Etat, Nuria Gorrite, de ses collègues Cesla Amarelle et Pierre-Yves Maillard. La conseillère d'Etat Béatrice Métraux est elle venue apporter son soutien à la candidate au nom des Verts.

La présidente du PS Vaud Jessica Jaccoud a rappelé que «l'objectif est clair: maintenir la majorité de gauche, conserver le poste». Elle a également insisté sur la nécessité de faire d'une campagne de terrain.

Rien n'est acquis

Pierre-Yves Maillard, conseiller d'Etat sortant, n'a pas voulu résumer 14 ans de gouvernement. Mais il a rappelé que l'un des plus vieux objectifs du PS était en train d'être réalisé, le plafonnement des primes par rapport au revenu. En ce moment, 15'000 lettres sont parties. Au total c'est 100'000 Vaudois qui l'auront reçue,a-t-il annoncé.

«C'est une belle avancée. Mais en politique, rien n'est jamais définitivement acquis. Dans certains milieux très à droite, ces contreparties sociales n'ont toujours pas été digérées», a-t-il ajouté, faisant référence au candidat UDC Pascal Dessauges.

Service public

Ce dernier attaque clairement le Département de la santé et de l'action sociale (DSAS), dont les dépenses dépassent celles de la formation. «Ce que veut combattre la droite revancharde, c'est aussi en partie l'acquis de Jean-Claude Mermoud», notamment en matière de péréquation intercommunale, a constaté le chef du DSAS.

«Le dernier grand enjeu de cette élection, c'est de défendre le service public», a-t-il poursuivi. Il est aujourd'hui mis en cause par l'initiative parlementaire du PLR visant à la privatisation du CHUV". Le PS Vaud a adopté samedi dans la foulée une résolution adoptée à l'unanimité pour s'opposer à cette proposition.

Quatre autres candidats

Pour rappel, quatre autres candidats briguent le siège laissé vacant par Pierre-Yves Maillard, nommé à la tête de l'Union syndicale suisse: Axel Marion (PDC) , Pascal Dessauges (UDC), Jean-Michel Dolivo (Ensemble à Gauche) et Anaïs Timofte (POP). (ats/nxp)

Créé: 19.01.2019, 16h33

Articles en relation

Rebecca Ruiz vise le Conseil d'Etat

Canton de Vaud La conseillère nationale socialiste veut succéder à Pierre-Yves Maillard au Conseil d'Etat vaudois. Plus...

Conseil d'Etat: deux UDC briguent la candidature

Canton de Vaud Les UDC Philippe Jobin et Pascal Dessauges devront être partagés par le Congrès de la section vaudoise dans sa tentative de ravir le siège de Pierre-Yves Maillard. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.