Le réchauffement climatique, invité inévitable des festivités du 1er Août

Fête nationaleLes défenseurs de l’environnement veulent s’éloigner des flonflons. Une Landsgemeinde du climat aura lieu dans le canton d’Obwald.

Sur l’ÄlggiAlp à Sachseln (OW), centre géographique de la Suisse, des associations écologistes invitent à participer à la première Landsgemeinde nationale pour le climat.

Sur l’ÄlggiAlp à Sachseln (OW), centre géographique de la Suisse, des associations écologistes invitent à participer à la première Landsgemeinde nationale pour le climat. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La jeune militante suédoise Greta Thunberg en tournée en Suisse, le rapport des experts du GIEC sur le changement climatique présenté vendredi à Genève, le Klima Festival ce week-end à Zurich. En Suisse comme dans le reste du monde, difficile de passer à côté du thème de l’été – ou plutôt de l’année – à moins de vivre dans un igloo n’ayant pas encore fondu. Le 1er Août n’y échappera pas: le réchauffement climatique sera l’un des invités d’honneur de la fête nationale. Au lieu du brunch à la ferme, certains se rendront ainsi à l’ÄlggiAlp à Sachseln (OW), pour participer à la toute première Landsgemeinde nationale pour le climat.


L'édito: Les symboles, un mal nécessaire


Sur ces cimes situées au centre géographique de la Suisse, chaque habitant du pays est invité à débattre de la question du réchauffement par les associations écologistes Médecins en faveur de l’environnement (MfE), Médecins pour une responsabilité sociale (PSR), SONNEschweiz et Sun21. La discussion se conclura par un vote à main levée sur les solutions à adopter pour atteindre dès que possible l’objectif de zéro émission de gaz à effet de serre. Tandis que sur la prairie du Grütli, c’est l’importance du travail de milice qui sera mis en exergue.

Quel est le rapport entre l’alliance des trois Confédérés et la multiplication des épisodes de canicule ou la disparition des espèces? «La fête nationale organisée chaque année sur la plaine du Grütli tourne autour des mythes et légendes patriotiques, et a toujours eu tendance à regarder en arrière, vers le passé, souligne Toni Reichmuth, du comité directeur des MfE. Nous, en tant que médecins, portons le regard vers l’avenir, sur celui de la Suisse et de l’humanité tout entière.»

«Sortir de l’inertie»

Toni Reichmuth et ses confrères le répètent: la question est essentielle, vitale. «Les impacts du réchauffement sont innombrables, que ce soit en termes de maladies, de décès précoces dus aux épisodes de fortes chaleurs ou encore d’attaques sur la biodiversité, énumère le médecin. Il reste à l’humanité une génération, tout au plus, pour entamer des changements sérieux et profonds.»

D’où cet appel à la base, par le biais d’une tradition ancestrale du pays, pour augmenter la pression civile sur les décideurs. Selon Toni Reichmuth, il s’agira ainsi lors du 1er Août d’adopter une stratégie pour que les décideurs du pays s’emparent sérieusement de la question. «Le Conseil fédéral et le gouvernement refusent obstinément de s’occuper en urgence de ce problème. Il faut pourtant non seulement que le politique, mais surtout l’économie, pilier du système, sortent de leur inertie.»

Les Jeunes Verts aussi

L’idée a le vent en poupe. À quelques dizaines de kilomètres de là, dans l’un des berceaux de cette tradition ancestrale, deux Glaronais, membres de la Jeunesse socialiste, réclament aussi une Landsgemeinde du climat. Pourquoi choisir ce moyen? Car une assemblée populaire est le mode de décision le plus direct et rapide qui existe en démocratie, répondent-ils.

Le thème sera également abordé au glacier de Tsanfleuron, aux Diablerets. Les Jeunes Verts (JVS) ont choisi le 1er Août pour lancer leur campagne en vue des élections fédérales d’octobre. «Il ne s’agit pas uniquement de lutter contre la perte de la biodiversité ou de réduire les émissions de CO2, mais aussi de mener des politiques plus larges liées à la crise climatique, à l’instar de mesures pour une agriculture durable ou une médecine prenant mieux en charge les personnes plus vulnérables au réchauffement», explique le coprésident des JVS, Kevin Morisod.

Là encore, le choix de la date, tout comme l’emplacement de la conférence, se veut hautement symbolique. «En ce jour de fête nationale, nous voulons mettre l’accent sur l’avenir de la Suisse et les solutions concrètes pour lutter contre le changement climatique, souligne Kevin Morisod. Nous avons choisi l’un des glaciers les plus mal en point des Alpes suisses. Il fond tellement vite qu’il pourrait disparaître d’ici vingt ans. C’est le symbole par excellence de l’augmentation des températures.»

Créé: 30.07.2019, 16h54

Les prémices dans les années 1990

Les associations de médecins ont lancé pour la première fois une Landsgemeinde thématique le 1er août 1993. Celle-ci, déjà à l’ÄlggiAlp, est alors dédiée à la promotion des énergies renouvelables. Les organisateurs rédigent une charte copiant le style du pacte du Grütli, couchée sur peau de mouton, dont ont découlé deux initiatives populaires: «Pour l’introduction d’un centime solaire» et «Énergie et environnement». Elles ont toutes deux échoué dans les urnes en 2000.

Les «Landsgemeinde du soleil» sont organisées pendant les dix années qui suivent aux quatre coins du pays, du Tessin à Neuchâtel. «En une génération, nous – et tant d’autres – avons obtenu la sortie du nucléaire, bien qu’aucune centrale n’ait encore été débranchée. C’est une très petite avancée. Force est de constater que notre efficacité est assez modeste, reconnaît Toni Reichmuth. Aujourd’hui, les cris des jeunes manifestant dans la rue nous ont convaincus de relancer la machine. Il n’y a plus le choix.»

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.