Passer au contenu principal

SuisseQui pour succéder à Didier Burkhalter?

Un radical-libéral latin devrait remplacer le Neuchâtelois au Conseil fédéral. Le Tessinois Ignazio Cassis figure parmi les favoris, tout comme le Genevois Pierre Maudet.

Le conseiller national Cassis pourrait figurer parmi les favoris pour succéder à Burkhalter
Le conseiller national Cassis pourrait figurer parmi les favoris pour succéder à Burkhalter
Keystone

A moins que le siège libéré par Didier Burkhalter soit revendiqué par un autre parti, un radical-libéral latin devrait devenir conseiller fédéral d'ici la fin de l'année. Le conseiller national tessinois Ignazio Cassis pourrait figurer parmi les favoris, tout comme le conseiller d'Etat genevois Pierre Maudet. Interrogé par l'ats, celui-ci n'a voulu faire ni de commentaire sur la démission ni sur son éventuel intérêt pour une candidature.

Trois Romands siègent actuellement au gouvernement: Didier Burkhalter (PLR/NE), Guy Parmelin (UDC/VD), Alain Berset (PS/FR). Rien n'empêcherait de voir un cinquième Alémanique reprendre le flambeau sans remettre fondamentalement en cause l'équilibre des langues.

Mais le PLR, parti historique, risque bien ne pas vouloir être représenté par deux germanophones. Le moment pourrait être venu pour les Tessinois de retrouver le siège au Conseil fédéral qu'ils ont perdu avec le départ du PDC Flavio Cotti en 1999. Chef du groupe PLR aux Chambres fédérales, Ignazio Cassis pourrait être le candidat idéal.

Un Lémanique ?

Même s'il n'est plus interdit à un canton d'avoir deux conseillers fédéraux, la présence de Guy Parmelin au gouvernement pourrait freiner les ambitions des Vaudois. Le conseiller d'Etat Pascal Broulis avait déjà fait campagne en 2009 sans être retenu pour succéder à Pascal Couchepin.

Les chances d'un Genevois pourraient être plus grandes à moins que le Parlement considère que l'arc lémanique est déjà bien assez servi. Pierre Maudet pourrait ainsi couronner une carrière fulgurante. Le conseiller national Christian Lüscher s'était quant à lui déjà cassé les dents dans la course à la succession de Pascal Couchepin.

le siège PLR romand sera difficile à garder

Céline Amaudruz estime que le deuxième siège PLR au Conseil fédéral sera difficile à garder en Suisse romande. La vice-présidente de l'UDC suisse espère que le parti trouvera un successeur qui défendra une politique ferme sur la question européenne.

Il devra se souvenir des citoyens qui ont voté en faveur de l'initiative sur l'immigration de masse le 9 février 2014, a-t-elle indiqué mercredi. En clair, ne pas reprendre le droit européen comme l'impliquerait l'accord institutionnel en cours de discussion.

Sur le choix du successeur, la conseillère nationale genevoise le voit issu du Parlement et ne croit pas en un outsider. Par contre, elle estime que le siège sera difficile à garder en Suisse romande.

Une femme ?

Si l'option tessinoise n'est pas retenue, la carte féminine pourrait être utilisée par le PLR. La conseillère nationale vaudoise Isabelle Moret ou la conseillère d'Etat vaudoise Jacqueline de Quattro pourraient alors tenter leur chance.

Si Neuchâtel veut rester représenté au Conseil fédéral, il devrait miser sur ses conseillers d'Etat Laurent Favre ou Alain Ribaux, qui sont déjà passés sous la Coupole fédérale, ou sur son sénateur Raphaël Comte.

Parmi les parlementaires fédéraux, plusieurs autres «jeunes loups», comme Olivier Feller (VD), Hugues Hiltpold (GE) ou Philippe Nantermod (VS), pourraient être tentés par l'expérience. Mais ce dernier s'estime trop jeune pour entrer en lice.

«Je ne suis à Berne que depuis une année et demie», a rappelé le vice-président du PLR Suisse au site internet Arcinfo. Mais il imagine que le successeur du sortant neuchâtelois sera un latin. De Genève, du Tessin, voire du Pays de Vaud en la personne d'une femme pour cette dernière hypothèse.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.