Passer au contenu principal

Les recours des neuf bagagistes de l’aéroport sont irrecevables

L’affaire du retrait des badges de 35 employés de l’aéroport révèle un manque de base légale.

Le Tribunal administratif fédéral (TAF) n’est pas compétent pour traiter les recours de neuf bagagistes de l’aéroport de Genève, privés en décembre de leur badge d’accès au tarmac, a-t-il communiqué hier. En leur retirant ce sésame lié à leur emploi, «l’Aéroport international de Genève (AIG) n’a pas agi en tant qu’autorité fédérale; ce qui est pourtant une condition préalable pour le traitement de recours par le TAF». Un flou bien dérangeant.

«Suite aux attentats de Paris le 13 novembre 2015, les services de renseignement français ont transmis à la police cantonale genevoise des informations concernant des personnes travaillant à l’AIG», rappelle le TAF. Informé par la police, l’AIG a retiré formellement le 17 mars de cette année les cartes d’identité aéroportuaire (CIA) de 35 personnes travaillant dans les zones sécurisées de l’aéroport. Neuf d’entre elles ont recouru contre ces actes devant le TAF.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.