Redevance hydraulique: les Etats pour un statu quo

SuisseLe Conseil des Etats a refusé de réduire la redevance hydraulique, puisqu'une lente amélioration se dessine du côté des prix et que l'énergie hydraulique reste rentable.

La redevance hydraulique représente une part conséquente du budget de certaines communes.

La redevance hydraulique représente une part conséquente du budget de certaines communes. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les exploitants de centrale hydraulique devraient continuer d'être soumis à une redevance hydraulique de maximum 110 francs jusqu'en 2024. Le Conseil des Etats a soutenu jeudi le statu quo temporaire sans opposition.

Le Conseil fédéral avait envisagé de réduire la redevance hydraulique maximale dès 2020. Mais face au tollé, il a proposé en mai de ne pas toucher à son montant avant 2025. Cantons et communes risquaient sinon d'y perdre 150 millions par an.

Un abaissement soulagerait les exploitants d’aménagements hydro-électriques et réduirait la pression sur les emplois dans les régions de montagne. Mais une redevance raisonnablement élevée sert de dédommagement pour l’utilisation de l’eau et de soutien de politique régionale aux régions périphériques structurellement faibles, a expliqué Martin Schmid (PLR/GR) au nom de la commission.

Selon plusieurs études, les pertes de nombreuses entreprises électriques ont été plus faibles que prévu et une lente amélioration se dessine du côté des prix. Cette tendance est confirmée et l'énergie hydraulique reste rentable, a ajouté Beat Rieder (PDC/VS). «La redevance n'est pas une subvention aux régions de montagne, c'est le prix pour l'utilisation d'une ressource toujours plus précieuse.»

Situation encore tendue

Une minorité hétéroclite a échoué par 13 voix contre 30 à abaisser la redevance maximale à 90 francs. Cela suffit, a justifié Damian Müller (PLR/LU). Selon lui, la solidarité souvent évoquée avec les cantons de montagne n'a plus lieu d'être depuis la nouvelle péréquation financière. Les exploitants de barrage ont besoin de prix plus proches du marché.

La flexibilisation ne doit pas attendre cinq ans, a renchéri Werner Luginbühl (PBD/BE). La redevance n'a cessé d'augmenter depuis 30 ans alors que les prix de l'électricité ont chuté de près d'un tiers entre 2008 et 2016 et restent nettement sous le niveau de 2008. Les coûts de production dépassant les rendements, les forces motrices de l'Oberhasli ont dû licencier, a ajouté leur président.

Les intérêts en présence divergent, a constaté la ministre de l'énergie Doris Leuthard. Mais l'énergie hydraulique doit rester la colonne vertébrale de l'approvisionnement énergétique et être compétitive. Sinon les clients paieront la note. La flexibilisation est indispensable et cinq ans seront vite passés.

Une part fixe

En prévision des négociations, les sénateurs ont précisé dans le projet, par 22 voix contre 20, que le Conseil fédéral devra élaborer pour l'après 2024 une réglementation prévoyant une part fixe et une part variable de redevance. Il serait plus sage de se garder toutes les portes ouvertes tant l'évolution du marché électrique est imprévisible, a critiqué en vain Werner Hösli (UDC/GL).

Le Conseil fédéral a déjà esquissé des pistes dans son message. Outre une redevance flexible via un impôt basé sur la quantité ou la valeur, il serait possible de renoncer à tout plafond ou limite dans le droit fédéral, voire prévoir un financement indépendant des concessionnaires, par exemple via le supplément réseau ou la péréquation.

En attendant la consultation prévue pour cet automne, les sénateurs ont prévu que la redevance maximale de 110 francs sera prorogée si le nouveau modèle proche de la réalité du marché n’entre pas en vigueur d'ici à 2025.

C'est une incitation extrêmement puissante aux cantons de montagne à combattre toute proposition de modification, s'est insurgé Robert Cramer (Verts/GE). Il a été désavoué par 20 voix contre 15 et 5 abstentions.

Inchangé

Le Conseil des Etats n'a pas modifié le reste du projet. Les nouvelles centrales hydroélectriques bénéficiant d'une contribution d'investissement seront exonérés de redevance pendant 10 ans. Un allégement semblable est prévu en cas d'agrandissement ou de rénovation notable d'une grande centrale.

Le Conseil fédéral pourra de son côté de conclure des conventions internationales liées à l'utilisation de la force hydraulique de cours d'eau situés à la frontière. La balle passe dans le camp du National. (ats/nxp)

Créé: 20.09.2018, 11h22

Articles en relation

Redevance hydraulique inchangée jusqu'à fin 2024

Suisse Les cantons peuvent souffler. Le Conseil fédéral a décidé de ne pas toucher au montant de la redevance hydraulique. Ce sera au Parlement de se prononcer. Plus...

Pressions sur la redevance hydraulique

Suisse Différents acteurs économiques et industriels plaident pour une révision rapide et adaptée au marché de la taxe sur l'eau dont s'acquittent les centrales hydrauliques. Plus...

La baisse de la redevance hydraulique inquiète

Suisse Berne veut réviser le mode de calcul de la redevance que doivent payer les centrales hydrauliques pour l'utilisation de l'eau. Ce qui plomberaient les recettes annuelles des cantons alpins. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.