La réforme des coûts de la santé fait grincer des dents

BerneLe Conseil fédéral a annoncé un paquet de mesures pour réaliser des économies.

Alain Berset a présenté son paquet de mesures devant la presse, vendredi à Berne.

Alain Berset a présenté son paquet de mesures devant la presse, vendredi à Berne. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Une liste longue comme le bras pour réformer le système de la santé. Ce vendredi, le Conseil fédéral a présenté un paquet de mesures destinées à réduire les quelque 90 milliards de coûts par année. Le projet est désormais mis en consultation auprès des acteurs du système de la santé. «Nous avons besoin de faire pression. Nous allons certainement dans la bonne direction», a assuré le ministre de la Santé, Alain Berset.

Tirées d’un rapport rédigé par un groupe d’experts internationaux, les mesures proposées sont très variées. Parmi elles, un système de prix de référence doit permettre d’abaisser les prix des médicaments contenant des substances actives dont le brevet est échu (génériques) en Suisse. L’assurance obligatoire ne remboursera que ce prix et pas au-delà. Actuellement, les génériques sont plus de deux fois plus chers que dans les pays voisins.

«Il s’agit pour l’heure d’une consultation, le paquet est donc sujet à des changements en fonction des réponses et des critiques qui se feront entendre, c’est certain»

Par ailleurs, le volet de mesures désormais en consultation introduit la possibilité de mener des projets pilotes. Il s’agit de permettre aux cantons et aux partenaires tarifaires d’explorer des pistes en dehors du cadre de la loi fédérale sur l’assurance-maladie (LAMal) susceptibles de maîtriser les coûts. Exemple: tester le système d’un financement uniforme pour les soins stationnaires et ambulatoires.

SantéSuisse, la faîtière des assurances-maladie, se réjouit des mesures visant à réduire les coûts des médicaments. Selon elle, un potentiel de 400 millions de francs peut être réalisé chaque année dans ce domaine. Rebecca Ruiz (PS/VD) salue également le mouvement du Conseil fédéral. «Il s’agit pour l’heure d’une consultation, le paquet est donc sujet à des changements en fonction des réponses et des critiques qui se feront entendre, c’est certain. Mais cela bouge du côté du Conseil fédéral qui montre sa volonté de réforme.»

Celles-ci sont effectivement tombées très vite. La Fondation alémanique des consommateurs (SKS) a immédiatement dénoncé «des mesures placebo». «La moitié des mesures proposées par le rapport d’experts est lavée en douceur», s’indigne la SKS dans un communiqué. Le PDC lui emboîte le pas, dénonçant une annonce molle et peu concrète. «Ces mesures ne sont pas nouvelles. Il est difficile de croire à un réel changement après des années d’immobilisme», déplore le parti, qui en profite pour faire la promotion de sa nouvelle initiative, «Pour des primes plus basses. Frein aux coûts dans le système de santé».

«C'est lent»

Le surveillant des prix de la Confédération, Stefan Meierhans, se montre plus mitigé. «Je demande depuis bien longtemps que le prix de référence soit inscrit dans la LAMal. Le Conseil fédéral va enfin dans cette direction. C’est bien, mais on est encore au stade de la consultation alors que c’est une mesure qui a été annoncée il y a trois ans. C’est lent, surtout si l’on tient compte du fait que les potentielles économies sont d’environ 380 millions de francs par an. Mais on attend, encore et encore.»

Monsieur Prix regrette encore qu’une mesure phare à ses yeux n’apparaisse pas dans le paquet proposé. «Le Conseil fédéral balaie la proposition des experts de réorganiser la tarification des établissements hospitaliers. Il y a un conflit d’intérêts avec les cantons, qui sont souvent propriétaires des hôpitaux. Il n’y a rien dans ce sens et je le regrette profondément.» (24 heures)

Créé: 14.09.2018, 20h05

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.