Réformer la SSR, pas de tabou, selon son président

No BillagQuel que soit le résultat de la votation sur l'initiative No Billag, la SSR se dit prête à se remettre en cause.

Image d'archive - illustration.

Image d'archive - illustration. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le président de la SSR, Jean-Michel Cina, qui rejette une fois encore l'initiative No Billag, reconnaît que les radios et télévisions publiques doivent se réformer. «Il n'y aura aucun tabou», avertit-il samedi dans un entretien diffusé par Le Nouvelliste.

«Nous analyserons tout, notamment nos processus de production et nos infrastructures», précise-t-il. Selon lui, la SRR doit s'adapter aux évolutions numériques et aux nouveaux modes de consommation des médias, notamment des générations plus jeunes.

«A mon arrivée à la présidence de la SSR, j'ai d'ailleurs créé un comité du conseil d'administration, qui suivra la transition numérique de l'entreprise», déclare-t-il. «Ce sera un des gros chantiers de ces prochaines années».

Il rejette par contre l'idée que la SSR occupe le terrain des médias privés en démultipliant l'offre. «A l'heure de la consommation numérique, le nombre de chaînes n'est pas l'élément central», note-t-il, soulignant que la SSR n'a pas créé de nouvelles chaînes télévisées ou radiophoniques depuis dix ans.

Ouvert sur la société Admeira

M. Cina se dit conscient que la SSR doit prendre en compte ce qui se passe dans les entreprises privées. «Nous devons mieux nous différencier de ces médias en mettant en avant notre propre production audiovisuelle», explique-t-il. La SSR doit également miser sur la spécificité suisse pour concurrencer les télévisions étrangères, selon lui.

Concernant la concurrence en matière de publicité que fait la SSR aux médias privés, l'ancien ministre valaisan se déclare ouvert «à toute option constructive pour la branche». Il est même prêt à faciliter l'entrée de nouveaux partenaires dans la société publicitaire Admeira, que la SSR a créée avec Ringier et Swisscom.

Soumise au peuple le 4 mars, l'initiative «Oui à la suppression des redevances radio et télévision (suppression des redevances Billag)» vise à interdire à la Confédération de subventionner toute chaîne de télévision ou de radio et de prélever une redevance de réception. Cette dernière fonction ne pourrait pas non plus être déléguée à un tiers. (ats/nxp)

Créé: 10.02.2018, 05h07

Articles en relation

Le groupe Rouge soutient «No Billag»

Votation du 4 mars Le groupe de radio et de télévision estime «que la libre concurrence est gage de la diversité». Plus...

La RTS critiquée pour son manque de neutralité

«No Billag» Des réclamations ont été adressées à la médiatrice de la RTSR en lien avec l'initiative. Une émission a dû être retirée du site Internet Plus...

Afin de nous préserver d’un véritable néant

L'invité Marc Oran se bat pour que soit refusée l'initiative «No Billag». Plus...

Que cent fleurs s’épanouissent que cent plans B rivalisent

L’invité Nicolas Jutzet milite de toutes ses forces pour l'acceptation de l'initiative «No Billag». Plus...

Le rejet de «No Billag» se renforce

Service public Mis en difficulté par un nouveau sondage de Tamedia, les opposants à la redevance critiquent l’attitude de la SSR Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 21 septembre 2019
(Image: Valott?) Plus...