«Le régime financier plus important que 'No Billag'»

Votations 4 marsLe peuple se prononce en mars sur le nouveau régime financier 2021. Un sujet austère mais qui rapporte 43 milliards par an à Berne. Le grand argentier Ueli Maurer le défend.

Le grand argentier de la Confédération Ueli Maurer devant la presse ce mardi 9 janvier.

Le grand argentier de la Confédération Ueli Maurer devant la presse ce mardi 9 janvier. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Devant l'ampleur de la campagne autour de l'initiative «No Billag», on a tendance à oublier que les Suisses vont devoir se prononcer le 4 mars sur un autre objet: en l’occurrence le nouveau régime financier 2021. Il s'agit en effet de prolonger de 15 ans, soit de 2021 à 2035 le principe de la perception de l'impôt fédéral direct (IFD) et de la TVA par la Confédération. Deux impôts qui représentaient à eux seuls 43,5 milliards de francs en 2016, soit les deux tiers des revenus de la Suisse. L'objet n'est combattu par aucun parti mais il a de l'importance, comme tient à le souligner le chef des finances de la Confédération, Ueli Maurer.

24 heures: En quoi est-ce à ce point important de voter sur ce nouveau régime financier 2021?

Ueli Maurer: Non seulement c'est important pour la Suisse mais c'est aussi nécessaire. Notre système nous donne la possibilité de discuter des impôts, des missions de l’Etat, quelles sont celles qui sont indispensables ou pas. Cette votation est donc l’occasion de discuter de toutes ces choses.

Les deux Chambres fédérales ont adopté à l'unanimité le nouveau régime et aucun parti ne le combat. Il n’y aura donc pas d’opposants dans cette campagne. Y-a-t-il vraiment besoin de convaincre les citoyens?

Oui, car il en va de la crédibilité du gouvernement et du Parlement. Nous devons assurer le peuple que nous sommes très prudents avec l’argent des contribuables. Pourquoi a-t-on besoin des impôts? N’y-a-t-il pas trop de personnel à Berne? Fait-on des choses qui ne sont pas nécessaires? A-t-on vraiment besoin de l’armée? Voilà quelques unes des questions qui font partie de ce sujet. C’est donc l’occasion de mettre ces points sur la table et je pense qu'il est nécessaire de le faire tous les 15 ans.

Il s’agit d’un vote de principe, puisqu'on ne parle pas du montant de l'impôt fédéral direct ou de la TVA. Cet objet ne va-t-il pas du coup passer aux oubliettes en face de l’initiative «No Billag» en vote le même jour?

Oui sans doute. Pourtant notre objet est beaucoup plus important pour la Suisse! Et notre système démocratique offre la possibilité à la population de dialoguer avec le gouvernement et le Parlement sur la nécessité des impôts. C’est un avantage de la démocratie directe.

Si c’est non le 4 mars, que va-t-il se passer?

Ce n’est pas imaginable. On ne pourra pas financer la Suisse avec seulement 30% des recettes actuelles. Et nous n’avons pas de plan B car il n’y a pas d’opposition. On devrait gagner certes, mais nous cherchons quand même à discuter avec le peuple sur les missions de la Suisse et du gouvernement, voire la possibilité de biffer peut-être quelques postes financiers afin d’économiser encore plus.

Ne faudrait-il pas ancrer la TVA et l’IFD dans la Constitution sans limite de temps afin que la population ne soit pas obligée à devoir voter tous les 15 ans?

Non, pour moi, cela joue comme ça. Car la Suisse est le seul pays au monde où le peuple peut discuter de ses impôts. Normalement, ce sont les gouvernements qui décident cela tandis que chez nous, la population peut se pencher sur cette question. Ce n’est pas seulement une tradition mais c'est notre système politique qui le permet.

Du coup, serez-vous très actif dans cette campagne?

Je vais essayer même si je sais que les gens ne seront pas très intéressés. Peut-être quelques politiciens et partis et c’est tant mieux. Mais je pense que la population sera très avare de questions.

La dernière fois que les Suisses ont voté sur ce sujet, c'était en 2004 et il y avait eu quand même 26% de non. Vous vous attendez à la même opposition cette année?

On a toujours environ 20% de gens qui disent non à tous les objets. Ce sera le cas cette fois-ci encore, selon moi. Car certains veulent alerter les gens et réclamer davantage de prudence sur l’usage de l’argent public.

Créé: 09.01.2018, 15h53

Articles en relation

160 parlementaires contre «No Billag»

Votations 4 mars Un comité interpartis s'est lancé mardi dans la campagne contre l'initiative «No Billag». Un texte qualifié d'attaque frontale contre la diversité des médias et la démocratie directe. Plus...

La Suisse a besoin de son régime financier

Votations 4 mars Le grand argentier Ueli Maurer a lancé la campagne pour cet objet soumis au peuple en mars qui lui permet de percevoir impôt fédéral et TVA. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.