La règle des deux personnes dans le cockpit critiquée

SwissQuelque 90% des pilotes estiment que cette règle édictée après le crash de Germanwings est plus dangereuse qu'autre chose.

Image: Archives/Photo d'illustration/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Souvenez-vous: une nouvelle règle en matière de sécurité aérienne avait été édictée après le crash de Germanwings en mars 2015: celle de ne jamais laisser seul un pilote dans le cockpit d'un avion. Pour rappel, le copilote Andreas Lubitz avait profité que le pilote aille aux toilettes pour précipiter l'appareil contre une montagne des Alpes françaises, entraînant la mort de 149 personnes. Mais aujourd'hui, cette règle est jugée inutile, voire dangereuse par les pilotes, relève l'Aargauer Zeitung jeudi.

En effet, un sondage de l'agence européenne de sécurité aérienne (EASA) réalisé auprès de 3287 pilotes de 56 pays le montre: 90% d'entre eux se disent mécontents de cette règle qui oblige, chaque fois qu'un pilote quitte le cockpit, qu'un stewart ou une hôtesse de l'air vienne l'y remplacer.

Problèmes de sécurité supplémentaires

Selon eux, cette règle engendre des problèmes de sécurité supplémentaires puisqu'elle augmente le stress psychologique du personnel de bord, charge davantage les employés et distrait par dessus le marché les pilotes. Pire: en permettant à l'équipage d'entrer dans la cabine de pilotage, les portes restent ouvertes plus longtemps, ce qui facilite l'intrusion potentielle d'un terroriste.

Du coup l'EASA a assoupli sa règle: les compagnies doivent évaluer elles-mêmes les risques potentiels et décider si elles veulent continuer ou non d'adopter la directive.

Qu'en est-il dès lors pour la compagnie aérienne Swiss? Interrogée par l'Aargauer Zeitung, sa porte-parole indique que la règle est pour l'instant maintenue mais que la possibilité de l'assouplir est en discussion avec la maison-mère allemande Lufthansa. Aucune décision ne sera prise avant la fin de l'année, indique-t-elle.

Critiques aussi de l'OFAC

Du côté de l'Office fédéral de l'aviation civile, qui vérifie les mesures de sécurité aérienne en Suisse, on se montre très critique envers la directive. «Elle a été introduite surtout pour des motifs politiques, car il fallait réagir rapidement après le crash de Germanwings», a indiqué le porte-parole de l'OFAC au journal alémanique. Pire, selon lui: la mesure est même dangereuse car le personnel de cabine ne passe pas les mêmes contrôles de sécurité (extrait de casier judiciaire, bilan de santé, listes d'employeurs, etc.), que les pilotes lors de la formation.

Quant aux pilotes, leur association estime qu'il faut d'abord miser sur la prévention pour améliorer la sécurité. Ce qui passe par une meilleure sensibilisation des pilotes à la question, mais aussi de bonnes conditions de travail et la mise à disposition d'une personne de contact en permanence en cas de problèmes éventuels.

Créé: 13.10.2016, 09h09

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 18 septembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...