Réinsertion: l'économie priée de participer davantage

Aide socialeL'ex-président de la Conférence des directeurs des affaires sociales demande un fonds national alimenté par les entreprises pour la formation des personnes à l'aide sociale.

Qui doit payer la formation des personnes à l'aide sociale? Telle est la question.

Qui doit payer la formation des personnes à l'aide sociale? Telle est la question. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C'est bien connu: de nombreux bénéficiaires de l'aide sociale n'arrivent pas à réintégrer le monde du travail car il leur manque les qualifications nécessaires. Conséquence: les coûts du social explosent. Mais il existe peut-être une solution, estime Peter Gomm, ancien conseiller d'Etat (PS/SO). L'ex-président de la Conférence des directeurs cantonaux des affaires sociales exige que l'économie s'investisse davantage dans la réinsertion professionnelle.

Peter Gomm aimerait ainsi la création d'un fonds national de formation à l'image de ce qui se fait déjà à Genève, expliquent le Tages-Anzeiger et le Bund lundi. En effet, il existe à Genève un fonds destiné aux organisations actives dans la formation financé à 70% par des entreprises, le reste provenant des caisses du canton. Un système équitable, estime le politicien, puisque l'économie peut ainsi puiser dans ce réservoir autant de personnel dont elle a besoin.

Pas d’enthousiasme

La proposition du Soleurois ne suscite pas franchement l'enthousiasme du côté des milieux économiques. Ainsi le conseiller national fribourgeois Jean-François Rime, président de l'USAM, l'Union suisse des arts et métiers, admet que les entreprises pourraient davantage contribuer à la réinsertion professionnelle des personnes à l'aide sociale. Mais il ne croit pas au système d'un fonds national financé par les employeurs. «Les salaires et les taxes rendent déjà la vie des entrepreneurs difficile», explique-t-il.

La faîtière des patrons met également en garde contre le manque de transparence et la bureaucratie dans les fonds obligatoires de la formation professionnelle. En outre, seuls 30% des bénéficiaires de l'aide sociale seraient aptes à travailler et seuls 5% d'entre eux seraient capables de suivre une nouvelle formation, selon des experts.

Créé: 22.08.2017, 10h27

Articles en relation

La hausse des coûts de l'aide sociale s'est tassée

Suisse Avec une augmentation de 150 millions de francs en 2015, cette croissance est plus faible depuis 2003. Plus...

Une partie de l'aide sociale finit à l'étranger

Suisse Des étrangers à l'aide sociale envoient de l'argent vers leur pays. Les sommes en jeu pourraient se monter à des milliards de francs. Plus...

Maillard plaide pour une réforme des caisses

1er mai Le conseiller d'Etat vaudois, à Zurich pour le 1er mai, a rappelé l'importance d'une approche sociale de la santé. Quelque 12'000 personnes ont défilé dans les rues. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.